Existential depression and positive disintegration – The importance of relationships by JT Webb (3/3)

Here is the third and last post (following  Dabrowski’s Theory and Existential Depression and Existential depression and positive disintegration – copying strategies), from «Dabrowski’s Theory and Existential Depression » written by psychologist and SENG founder JT Webb.

In my first post (which refers to Pages 1 to 20 of the quoted document) JT Webb stated how important it is to get to know oneself. In my second post (cf pages 20 to 26) he mentioned the different copying strategies (some being more convenient than others)  adopted in order to face existential issues.

In this third post (cf pages 26 to 39), he makes practical suggestions for finding a meaning to one’s life : personal values identification, relationships development, better self management (especially as these so terrible moments occur when one starts self disqualification) – all this leading to help finding one’s meaning of life.

Very simple words. But, as in the two former posts, much to think over…

__________________________________________

Finding one’s personal values : The Coat of Arms

In the Middle Ages, families often had a coat of arms, depicted by a shield containing symbols to represent and highlight different aspects of that family’s tradition and heritage. A picture of a sheaf of grain might symbolize that the family owned land; a sword could depict family members who fought valiantly. Below is an exercise to help individuals depict what is important to them—what they would want their coat of arms to look like if we used such things today.

“Your Personal Coat of Arms” is an exercise shared with me many years ago by a colleague that helps people think about the key values they use to guide their life and the decisions they make. This exercise can also help them decide which areas are core values for them and which are simply a veneer of convenience or tradition.

Figure 1 (Page 27)  shows an escutcheon that is subdivided. Here are the instructions for filling out your Personal Coat of Arms … continue reading Page 28

[…]

Roles and Roles stripping

You probably noticed that much of what you wrote on your Personal Coat of Arms had to do with your roles in life—perhaps as parent, student, musician, friend, spouse, helper, entrepreneur, adventurer—and roles certainly provide structure to our lives. But this raises some important questions. How much of your identify and self-worth come from the roles that you play? Do you define your roles, or do they define you? Are the roles simply irrelevant traditions and confining rituals, or do they give your life meaningful substance? Are these roles how you want to live your life? A solid sense of self cannot be built on roles. To do so increases the likelihood of disintegration, because at some point, all of our roles will be stripped from us. There will come a day when we will no longer be a teacher or a business owner or musician or a husband or a wife. We will no longer be someone’s child; our parents will die, leaving us as orphans. I can sub stitute new roles for the ones I have lost, but those may become lost, too. As I lose the roles that organize my existence, I will find myself having to confront provocative questions. What would I be like without my roles? What value would I have? As I substitute new roles, are they truly ones that I want to select?

Some years ago, a colleague in psychology introduced me to a role-stripping exercise as a way of focusing thought on these issues. Continue reading Page 29

Interpersonal Relationships

Over the course of our lives, each of us develops a persona—a façade that we put up for the world to protect ourselves from others until we know that we can trust them well enough to lower that façade.

Behind this façade is where we cope with our own internal existential issues, but it is also our façade that keeps others at a distance and fosters our existential aloneness because it hinders them from truly knowing us. This façade usually represents our life style, and behind the mask are our values; however, both life style and values are matters that we can choose to adopt or to discard.

There are three underlying existential facts. They are: (1) we are basically alone, (2) we will die, and (3) we need others. Interpersonal relationships are basic to human existence, yet we spend so much of our lives in superficialities that we often give too little focus to meaningful relationships. Here are some questions to consider … Continue reading Page 30

Here are some exercises you may find helpful for improving your relationships with others (Page 31)

Self-Management

I have already noted the importance of accepting oneself as valuable apart from one’s roles and separate from others’ evaluations. But learning to do this requires that people learn to manage themselves. This involves them becoming more aware of themselves—their roles, their coat of arms, their relationships—and then learning to manage their self-talk about all of this. If they allow themselves to explore as they do this, they may be able to discover parts of themselves that do not fit with their roles… Continue reading Page 32

  • Be aware of “HALT” and its relationship to depression and cynicism. HALT stands for Hungry, Angry, Lonely, and Tired— all of which are conditions that predispose people to feeling overwhelmed. Nietsche said, “When we are tired, we are attacked by ideas we conquered long ago.”

Life Meaning

Part of the human condition seems to be to search for meaning.

Throughout history, countless great works of literature have focused on this theme. Victor Frankl, in his 1946 book Man’s Search for Meaning, showed us that even in dire cir cum stances, such as a concentration camp like Auschwitz, there is a great human need to find meaning. Frankl himself, imprisoned and in desperate circumstances in Auschwitz, searched for and found meaning in his relationships with others and with loved ones, even though they were separated.

Unfortunately, the people who need meaning the most are usually so busy achieving that they have little or no time to search for it. Without meaning as an anchor, people are particularly at risk for disintegration and existential depression. Frantic efforts at achievement and control end up collapsing because they are hollow underneath. Are you just playing roles, or are your relationships real? Can you conclude that your life has purpose and meaning? Have you developed values and beliefs that go beyond your roles? What if you could start over? What would you do differently? Can you trust that there is some unity or harmony in life and that your life can fit in somehow? These are important questions to resolve if one’s life is to have meaning… Continue reading Page 33

9 thoughts on “Existential depression and positive disintegration – The importance of relationships by JT Webb (3/3)

  1. Je ne sais pas si je suis surdouée, en fait, j’ai peur de passer le test, peur d’échouer également. Si j’échoue … et après? Je pourrais dire que je me reconnais dans tous ces articles et que j’y avais déjà pensé avant d’aller sur ce site (on ne surf pas sur un tel site par hasard), mais je ne fais pas confiance à mon propre jugement parasité par un fort désir d’intégration, un désir d’appartenance à un sphère sociale.
    Et même si je le suis, cela ne changera rien. Car ces démangeaisons existentielles que sont le non-sens et l’inutilité de mon être qui en découle, ne guériront pas. J’ai appris, je crois, à faire avec de telles sangsues de l’esprit. J’ai appris une certaine insensibilité et à exister avec l’ennui.

    Je me suis récemment demander, pourquoi limiter l’impact de ses actions, de ses mouvements : laisser un acte naître et mourir dans sa forme la plus passive, engendrer l’inaction corporelle définir une personnalité qui n’appartient qu’à celui qui vous effleure de ses verres grossiers ?
    Par peur d’un autrui à la présence virulente ou par désir de stabilité et de confort ?
    Il va de soi que ses deux raisons vont de paires : hier est l’empreinte d’aujourd’hui, demain est aspirer à la survie et le produit de l’inconfort actuel.
    Pourquoi avoir la capacité de penser l’incommodité sociale, le déséquilibre des mécanismes sociétaux ? Tous comme le corps, l’esprit peut porter des parasites, des maladies et des allergies.

    Mon plus grand complexe est la parole. Je suis incapable de parler sans bafouiller ou butter sur les mots. Alors je m’efforce de parler peu ou de ralentir mon débit de parole. Quelle frustration de voir son propre corps agir de façon aussi lamentable. Cela m’encourage à penser que mon monde est à l’intérieur de moi. Car oui, je suis d’un égocentrisme redoutable. Comme pour tout homme, l’existence est un jeu de construction et de déconstruction de l’Ego.

    Savoir que l’on est physiquement homme et pourtant être si loin des autres (Est-ce que j’imagine la différence? On m’a déjà dis à plusieurs reprises, que je créais volontairement la différence, aïe) . Perpétuellement penser de façon globale est un handicap, car cela entraîne, chez moi, l’inaction. Il faut pour contrebalancer son effet, se couper des différentes niveaux de visions, couper certains liens d’une toile complexe, pour se concentrer et créer notre niche dans cette bulle sociale…

    Alors j’avoue que je marche difficilement, mais j’avance. Dans quelle(s) direction(s)? Vers où? Pour quoi ou pourquoi? Je cherche… un sens qui peut-être n’existe pas. J’occupe ma “vie”.

    Voilà, je voulais partager mon “expérience”….

    1. Bonjour F.B.

      Quand la pensée file à toute allure, il peut être très difficile de parler sans bafouiller, surtout quand on veut être précis, employer les bons mots, exprimer parfaitement sa pensée.

      La réponse apportée par James T Webb à cette dépression existentielle c’est de s’efforcer de rester loyal à soi-même (tant pis pour ceux qui cherchent – et apparemment réussissent !- à vous faire culpabiliser de créer la différence) en développant sa créativité (on va visiter et utiliser ses propres ressources en les faisant éclore dans des activités diverses.

  2. Merci donc pour cette suite d’articles.

    Je garde cette phrase : “Malheureusement, les gens qui ont le plus besoin de sens sont souvent ceux qui sont tellement occupés à en trouver qu’ils ont très peu de temps pour le chercher.”
    Et je la tourne ainsi : ” Parfois, les gens qui ont le plus besoin de sens et qui s’évertuent à en trouver, sont fatigués. Et le sens qu’ils n’avaient pas le temps de chercher peut alors s’inventer.”

  3. la désintégration positive… je me demande si c’est ça : il y a pas mal d’années, j’avais compris que quand j’allais mal, il ne servait à rien de tenter de ne pas aller mal, au contraire il valait mieux que je me laisse couler à pic ; il n’y avait que quand j’avais touché le fond, que je pouvais donner un grand coup de talon et remonter vers la surface ; plus vite je touchais le fond, plus vite je pouvais remonter…

    je me demande si je n’ai pas oublié cette “vérité” ces dernières années ? il est vrai que ce n’est ni agréable, ni socialement accepté

    je ne sais pas non plus si c’est ça, la désintégration positive ?

    1. Oui moi aussi, ça me fait ça, sur deux-trois jours, de temps en temps. Ça fait parfois du bien de se laisser aller à aller mal, de pleurer, de se lamenter pour pouvoir retrouver le goût de vivre.

  4. Bonjour Cécile

    Merci pour l’intelligence, la curiosité et le désir de partage qui animent ce site. Cela fait plaisir aussi de voir comment vous offrez à certains de vos lecteurs une sorte d’expérience du “stade du miroir” et d’imaginer ces zèbres et zébrettes cavalant libres dans la savane.
    Pour ma part, vous m’aurez permis de “déculpabiliser”. cette sensibilité gênante et souvent inconvenante pour autrui n’est finalement pas très différente du fait d’avoir les yeux bleus ou bruns. Il n’en reste pas moins que, “passé un certain âge, on est responsable de sa figure” disait Camus. A cet égard, les exercices proposés en section 3 touchent assez juste.

    Il me semble qu’un retour à la pyramide de Maslow peut-être une façon intéressante de les travailler concrètement, gardant à l’idée que nos difficultés à un certain niveau ( estime de soi, réalisation), renvoient systématiquement à des besoins laissés en friche en infra, et qu’il n’appartient qu’à nous de satisfaire au plus juste. Et ainsi desserrer quelque peu l’étau de nos attentes.

    Soit, en termes de perspective à la cinquantaine, plutôt que de se demander quelle marque on laissera de soi dans le monde ( c’est déjà fait, pour le meilleur et pour le pire, et c’est sans doute moins important que nous aimerions le croire, c’est ce que ces jeux de rôles mettent en lumière), envisager, au contraire, comment nous pourrions “peser” le moins, “ne pas laisser de traces”, disent les moines zen. Peut-être comme une autre façon d’employer cette “intensité”, ou cette forme d’intelligence à facettes multiples, puisque nous en disposons, ainsi que d’une mesure de libre-arbitre quant à la façon dont nous choisissons d’en disposer.

    Ceux et celles qui traversent ces crises existentielles souhaitent- ils échanger à ce sujet?

    Bonne journée à vous et merci de votre attention.

  5. comment vous lire tous sans avoir les larmes aux yeux?… J’ai tellement l’impression de me retrouver. J’ai tellement de doutes aussi. Le suis je vraiment MOI? Oser ne serait ce que penser que je puisse être surdouée me parait inconcevable. Moi qui fais des efforts depuis tant d’années pour cacher à tous ma… stupidité!
    Pour faire court: Il y a bientôt 3 ans nous avons rencontré quelqu’un, qui ayant observé notre fils (l’ainé 4 ans à l’époque) nous a demandé de but en blanc si on ne pensait pas qu’il était surdoué… Regards étonnés de notre part… Explications de sa part: non, le surdon n’est pas ce qu’on croit, c’est surtout une différence avant d’être un avantage. Et elle avait reconnu en notre fils des caractéristiques du sien qui avait été diagnostiqué.
    De retour à la maison, je me suis plongée dans la lecture du livre de Jeanne Siaud-Facchin… Que j’ai lu en pleurant du début à la fin… Je me reconnaissais tellement…sans oser me reconnaitre…Et puis le doute encore… Pour notre fils… de toutes façons à quoi bon le faire tester? Qu’est ce que ça changera? Et puis imaginer pousser la porte d’un psy “bonjour, je pense que mon fils est surdoué”: inconcevable! Bref, après plus d’un an d’attente et de doutes on a fini par sauter le pas et bingo! Il est surdoué…
    Oui mais alors… Si lui est surdoué, mon frère aussi (qui lui ressemblait beaucoup petit), ma sœur à tous les coups, mon mari sans aucun doute, mon amie d’enfance très très certainement… Et moi? Non pas moi, impossible!
    J’en suis encore là plus d’un an plus tard. Mais je commence quand même à l’envisager et à l’accepter. Je me retrouve trop dans toutes les descriptions que je lis et que j’entends à droite et à gauche. Et puis ça m’aide tellement à trouver une explication à ma souffrance, à ce sentiment d’étrangeté depuis que je suis petite… Mais envisager d’aller passer le test? Non, j’ai trop peur d’échouer, maintenant que je commence à entrevoir une explication et à me sentir mieux avec moi et avec les autres…
    Et puis… Je m’en suis bien tirée, j’ai une chouette vie et je suis reconnaissante pour ça! Je me suis sortie de ma scolarité sans trop de dégâts (j’ai toujours pu assurer juste le minimum vital pour aller là où je voulais aller). Je fais Le métier que je voulais faire depuis toute petite et que j’adore. Je travaille dans un endroit qui me plait avec des collègues que j’apprécie et qui (je crois) m’apprécient. J’ai réussi depuis quelques années à apaiser les relations avec ma mère. J’ai un gentil mari et 3 enfants que j’adore.
    C’est vrai que parfois je me sens … disons incomplète. J’aurais envie de faire tellement de choses. Mais je n’ose pas ou alors cette fichue procrastination m’en empêche… Et puis j’ai peur tellement peur encore aujourd’hui du regard des autres de ce qu’on pourrait bien penser de moi si j’osais… peindre, écrire, me mettre à la poterie, au chant… Mais je progresse… J’arrive maintenant à aller vers les autres assez sereinement sans en attendre trop en retour. J’arrive à être plus calme, beaucoup moins anxieuse, je m’énerve beaucoup moins vite… Et j’en suis fière!
    Quant à aller passer le test… Sur ce point là, je joue la carte de la lâcheté (je le reconnais c’est déjà pas si mal!): j’attends que ma fille l’ait passé (on attend ses 6 ans)… Si elle aussi est diagnostiquée surdouée, alors peut être, j’oserai faire le pas… Elle me ressemble tellement quand j’étais petite!
    Voilà, moi qui voulais faire court, c’est raté! Mais ça m’a fait du bien de partager tout ça avec vous.
    Merci pour votre livre que je viens de finir… Ça fait tellement de bien de se reconnaitre dans ces autres qui nous ressemblent…

  6. Article très intéressant ou l’on peut en apprendre beaucoup d’ailleurs cette technique peut simplement être faite avec un cercle que l’on compartimente. Aux plaisirs de vous lire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *