Suggestions for therapists – Arousing the sleeping giant by Elaine Jacobsen

Arousing the Sleeping Giant: Giftedness in Adult Psychotherapy by Mary Elaine Jacobsen is one of the most famous on the issue of Gifted adults.

It is perhaps also one of the most benevolent, giving hope.

Here is the conclusion of this article :

Evaluating and counseling gifted and talented adults is as stimulating and rewarding as it is demanding and challenging. Within the context of giftedness the uniqueness of the human personality and the many faces of high potential are, perhaps, even more acutely evident.

Counselors who wish to help gifted clients must first be prepared to read between the lines of communication within the domain of the psychological assessment.

A direct and indirect inquiry process can facilitate a client’s coming to grips with his or her giftedness, and what that means when re-discovery unlocks feelings of guilt, remorse, regret, anger, and fears about expectations.

For the client to experience a successful reunion with the gifted self, the therapist must acquire specialized skills and a distinct attitudinal approach that permeates the relationship, one that embodies positive regard, sagacity, and support for the client’s creative authority and individuality.

With the gifted there is an art to knowing how to plant seeds of suggestion and then let go, respecting the client’s powers of discernment and self-analysis.

The capable counselor will be aware of resources for the gifted and be ready to offer suggestions that might further self-understanding and self-efficacy, aiming the client toward opportunities to connect with true peers and new opportunities for actualization of potential.

Likewise, the therapist must have at her or his disposal a wealth of clinically sound, effective, creative interventions, and be willing to challenge the client’s self-defeating inaccurate perspectives with established facts and new understandings about what giftedness is and is not, and expedient ways to manage life as a gifted person.

In every case, therapy must be conducted in a way that does not mirror society’s overt and covert attempts to tamper with the gifted personality and place sanctions on the ways and means of high potential.

Gifted adults need an advocate who champions their differences, not someone who unwittingly reflects inapt urgings to “slow down and stop being so touchy, driven, overly-responsible, and intense”, to impersonate the social norm.

In due course, in stepwise and sometimes circular fashion, the therapist moves the client’s self-perception from “a problem person”, to “a gifted person with a few problems”, and ultimately to “ a gifted person prepared to prevent problems of well-being”.

The results of suitable therapy for the gifted are sometimes subtle, sometimes sharp, and nearly always a matter of emancipation.

The “aha” experience of the newly-identified gifted adult might be summed up in the words of a former client: All these years I thought being so sensitive, picky, emotional, and driven was something to be ashamed of. I can’t tell you how many times I looked to the sky and pleaded to be “normal”. This changes everything. I’m not weird after all. Maybe now I can make up for lost time in the selfhood realm; supporting myself and my goals from the inside out for a change. I don’t know whether to laugh or cry. All I know is I’m back. My vitality has returned along with hope. I can be me in my own way, differences and all. What a relief to no longer be absent in my own life!

When at last the gifted adult repossesses an authentic, unfettered identity, a radical shift occurs, a coming out of the potent individual who can breathe free, and create with vigor, and whose talents may mature without shame or disabling wariness.

Then, and only then, can the gifted adult arouse the sleeping giant of high potential and adroitly sidestep obstacles to happiness and actualization. In turn, the gifted person’s revolutionary bequests to humanity may enrich us all.”

For further reading and access to full text click here

REFERENCES given by ME Jacobsen

Bell, L. A. (1990). The gifted woman as impostor. Advanced Development, 2, 55-64.

Bell, L. A., & Young, V. (1986). Impostors, fakes and frauds. In L.Moore (Ed.), Not as far as you think: Realities of working women (pp.25-51). Lexington, MA: Lexington Books.

Bowen, S., Shore, B. M., & Cartwright, G. F. (1992). Do gifted children use computers differently? Gifted Education International, 8,151-154.

Clance, P. (1985). The imposter phenomenon. Atlanta: Peachtree.

Clance, P., & Imes, S. (1978). The impostor phenomenon in high achieving women: Dynamics and therapeutic interventions. Psychotherapy: Therapy. Research & Practice, 15, 241-246.

Clark, B. (1992). Growing up gifted: Developing the potential of children at home and at school (4th edition). New York: Macmillan.

Coleman, E. B., & Shore, B. M. (1991). Problem-solving processes of high and average performers in physics. Journal for the Education of the Gifted, 14, 366-379.

Dabrowski, K. (1972). Psychoneurosis is not an illness. London: Gryf.

Davidson, J. E. (1986). The role of insight in giftedness. In R. J.Sternberg & J. E. Davidson (Eds.), Conceptions of giftedness (pp.201-222). Cambridge: Cambridge University Press.

Dover, A., & Shore, B. M. (1991). Giftedness and flexibility on a mathematical set-breaking task. Gifted Child Quarterly, 35, 99-105.

Dweck, C. S., Davidson, W., Nelson, S., & Enna, B. (1978). Sex differences in learned helplessness: II. The contingencies of evaluative feedback in the classroom. III. An experimental analysis. Developmental Psychology, 14, 268-276.

Flavell, J. H. (1976). Meta-cognitive aspects of problem solving. In L.B. Resnick (Ed.), The nature of intelligence (pp. 231-235). Hillsdale,NJ: Erlbaum.

Freed, J. N. (1985). Tutoring techniques for the gifted. Understanding our gifted, 2, 11-13.

Frost, R. O., Marten, P., Lahart. C., & Rosenblate. R. (1990). The dimensions of perfectionism. Cognitive Therapy and Research, 14,449-468.

Gallagher, S. A. (1985). A comparison of the concept of over-excitabilities with measures of creativity and school achievement in sixth-grade students. Roeper Review, 8, 115-119.

Getzels, J. & Csikszentmihalyi, M. (1976). The creative version: A longitudinal study of problem finding in art. New York: McGraw-Hill.

Hamachek, D. E. (1978). Psychodynamics of normal and neurotic perfectionism. Psychology. 15, 27-33.

Hollingworth, L. S. (1926). Gifted children: Their nature and nurture.New York: Macmillan.

Hollingworth, L. S. (1931). The child of very superior intelligence asa special problem in social adjustment. Mental Hygiene, 15, 3-16.

Kay, S. (1991). The figural problem solving and problem finding of professional and semiprofessional artists and non-artists. Creativity Research Journal, 4, 233-252.

Kaiser, C. F., & Berndt, D. J. (1985). Predictors of loneliness in the gifted adolescent. Gifted Child Quarterly, 29, 74-77.

Kerr, B. (1991). A handbook for counseling the gifted and talented. Alexandria, VA: American Association for Counseling and Development.

Kerr, B., & Claiborn, C. D. (1991). Counseling talented adults. Advanced Development, 3, 75-83.

Kerr, B. A., Olson, D. H., Claiborn, C. D, Bauers-Gruenler, S. J., &Paolo, A. M. (1983). Overcoming opposition and resistance:Differential function of expertness and attractiveness in career counseling. Journal of Counseling Psychology, 30, 323-331.

Krueger, R. A. (1988). Focus Groups: A practical guide for applied research. Beverly Hills, CA: Sage.

Larkin, J. H., McDermott, J., Simon, D. P., & Simon, H. A. (1980).Expert and novice performance in solving physics problems. Science,208, 1335-1342.

Lewis, R. B., Kitano, M. K., & Lynch, E. W. (1992). Psychological intensities in gifted adults. Roeper Review, 15, 25-31.

Lovecky, D. V. (1986). Can you hear the flowers singing? Issues for gifted adults. Journal of Counseling and Development, 64, 572-575.

Lovecky, D. V. (1990). Warts and rainbows: Issues in the psychotherapy of the gifted. Advanced Development, 2, 65-83.

McCrae, R. R. (1987). Creativity, divergent thinking, and openness to experience. Journal of Personality and Social Psychology, 52,1258-1265.

Meckstroth, E. (December, 1991). Coping with sensitivities of gifted children. Paper presented at the Illinois Gifted Education conference,Chicago, IL.

Meichenbaum, D. A. (1980). A cognitive-behavioral perspective on intelligence. Intelligence, 4, 271-283.

Monks, F., & Ferguson, T. (1983). Gifted adolescents: An analysis of their psychosocial development. Journal of Youth and Adolescence, 12,1-18.

Olszewski-Kubilius, P. M., Kulieke, M. J., & Krasney, M. (1988).Personality dimensions of gifted adolescents: A review of the empirical literature. Gifted Child Quarterly, 32, 347352.

Page, B. A. (1983). A parents’ guide to understanding the behavior of gifted children Roeper Review, 5 (4), 39-42.

Parker, W. D., & Adkins, K. K. (1995). Perfectionism and the gifted. Roeper Review, 17, 173-176.

Petty, R. E., & Cacioppo, J. T. (1986). Communication and persuasion.New York: Springer-Verlag.

Piechowski, M. M. (1979). Developmental potential. In N. Colangelo &R. T. Zaffrann (Eds.), New voices in counseling the gifted (pp.25-57). Dubuque, IA: Kendall/Hunt.

Piechowski, M. M. (1986). The concept of developmental potential. Roeper Review, 8, 190-197.

Piechowski, M. M. (1991). Emotional development and emotional giftedness. In N. Colangelo & G. A. Davis (Eds.) Handbook of gifted education (pp. 285-306). Boston: Allyn & Bacon.

Powell, P. M., & Haden, R. (1984). The intellectual and psycho-social nature of extreme giftedness. Roeper Review, 7, 131-133.

Post, R. D. (1988). Self-sabotage among successful women. Psychotherapy in private practice, 6, 191-197.

Resnick, L. B. (1989). Introduction. In L. B. Resnick (Ed.) Knowing,learning, and instruction: Essays in honor of Robert Glaser (pp.1-24). Hillsdale, NJ: Erlbaum.

Robinson, N. M., & Noble, K. D. (1991). Social-emotional development and adjustment of gifted children. In M. C. Wang, M. C. Reynolds, & H.J. Walberg (Eds.), Handbook of special education: Research and practice, Vol. 4: Emerging programs (pp. 57-76). New York: Pergamon.

Rocamora, M. (1992). Counseling issues with recognized and unrecognized creatively gifted adults. Advanced Development, 4, 75-89.

Roedell, W. C. (1980). Characteristics of gifted young children. In W.C. Roedell & H. B. Robinson (Eds.), Gifted young children (pp. 66-89).New York: Teachers College Press.

Roeper, A. (1988). How the gifted cope with their emotions. Roeper Review, 11, 21-24.

Roeper, A. (1991). Gifted adults: Their characteristics and emotions. Advanced Development 3, 85-98.

Schiever, S. (1985). Creative personality characteristics and dimensions of mental functioning in gifted adolescents. Roeper Review,7, 223-226.

Shore, B. M., & Kanevsky, L. S. (1993). Thinking processes: Being and becoming gifted. In K. Heller, F. Monks, & A. H. Passow (Eds.).International handbook of research and development of giftedness and talent (pp. 133-147). Tarrytown, NY: Pergamon.

Silverman, L. K. (1983). Issues in affective development of the gifted. In J. VanTassel-Baska (Ed.), A practical guide to counseling the gifted in a school setting (pp. 6-21). Reston, VA: The Council for Exceptional Children.

Silverman, L. K. (1990). Social and emotional education of the gifted:The discoveries of Leta Hollingworth. Roeper Review, 12, 171-178.

Silverman, L. K. (1991). Family counseling. In N. Colangelo, & G.Davis (Eds.), Handbook of gifted education (pp. 307-320). Boston:Allyn & Bacon.

Silverman, L. K. (1993a). The gifted individual. In L. K. Silverman(Ed.), Counseling the gifted and talented (pp. 3-28). Denver, CO:Love.

Silverman, L. K. (1993b). Counseling needs and programs for the gifted In Heller, K. A., Monks, F. J., & Passow, H., A. (Eds.),International handbook of research and development of giftedness and talent (pp. 133-147). Tarrytown, NY: Pergamon.

Silverman, L. K., & Conarton, S. C. (1993). giftedness and the development of the feminine. Advanced Development, 5, 37-58.

Strong, S. R., & Claiborn, C. D. (1982). Change through interaction:Social psychological processes of counseling and psychotherapy. New York: John Wiley.

Strong, S. R., & Matross, R. P. (1973). Change processes in counseling and psychotherapy. Journal of Counseling Psychology, 20, 25-37.

Terman, L. M. (1925). Genetic studies of genius: Vol. I. Mental and physical traits of a thousand gifted children. Stanford, CA: Stanford University Press.

Trashier, J. C. (1985). Dyssynchrony-uneven development. In J.Freeman (Ed.), The psychology of gifted children (pp. 265-274). New York: John Wiley.

Tolan, S. (1994). Discovering the gifted ex-child. Roeper Review, 17,134-138.

Webb, J. T., Meckstroth, E. A., Tolan, S. S. (1982). Guiding the gifted child. Dayton, OH: Ohio Psychology Press.

Webb, J. T., & Kleine, P. A. (1993). Assessing gifted and talented children. In J. Culbertson, & D. Willis (Eds.), Testing young children(pp. 382-407). Austin, TX: Pro-Ed.

Whitmore, J. R. (1980). giftedness, conflict, and underachievement. Boston: Allyn & Bacon.

24 thoughts on “Suggestions for therapists – Arousing the sleeping giant by Elaine Jacobsen

  1. Tout d’abord bonjour,
    Je voudrais revenir sur le mot ”Client”
    De ma façon de voir les choses, le terme ”Client” est plutôt quelque chose de positif en soit. Le fait d’utiliser ce terme reviens à prendre soin de cette personne malgré un but officieux.
    Pour finir, vu que ce n’est finalement qu’un mot qui est perçu différemment par chacun de nous, suivant nôtre état d’esprit sur le moment, nôtre expérience, nôtre histoire, nos croyances.

  2. Merci de tout coeur.

    Un excellent article qui redonne espoir. Les conseils d’accompagnement donnés me semblent tout à fait pertinents. Reste à trouver des professionnels qui auront lu ce texte, ou du moins ont des pratiques analogues 🙂

    1. Bonjour Saraluna

      Peut-être ai-je été trop soucieuse de coller au texte original pour la traduction ? Car dans le texte original, c’est bien le mot client qui est utilisé.

      1. C’est justement parce que c’est la traduction effective, (et non pas la votre ! ) que ça me dérange. Qu’on puisse intégrer la notion de clientèle à des personnes qui se tournent vers un thérapeute. J’aurai eu tendance à les ranger dans une catégorie plus proche de celle des “patients” mais là dans ce cas là, si il y a patient, il y a peut être automatiquement la notion de pathologie qui y est associée. Etrange …

          1. J’ai eu un court moment une thérapeute qui m’appelait sa “cliente” parce que, disait-elle, je la payais. J’avais alors l’impression d’être chez le coiffeur ou la boulangère…

            Pour moi, on est “patient” dès qu’on va voir quelqu’un pour aller mieux, ce qui n’implique pas une quelconque pathologie.

            La pathologie implique un dysfonctionnement, c’est-à-dire quelque chose qui ne fonctionne pas correctement.
            Le surdon est un mode de fonctionnement qui n’est certes pas dans la norme, mais la norme signifie ici un mode de fonctionnement qui est le plus observé dans une population. Ce n’est pas parce que le surdon n’est pas souvent observé qu’il en devient un dysfonctionnement, une pathologie.
            Par contre, le surdon, de par la souffrance due à la différence, à la pression et au rejet de ceux qui sont dans la norme, peut amener à une névrose selon les défenses engagées, mais pas obligatoirement.

          2. Au contraire, je n’envisage pas le surdon comme une pathologie, mais comme une vision/sensibilité/prise en compte différente du monde et de tout ce qui le compose. Avez vous vu “Le cercle des poètes disparus”? Il y a une scène ou Monsieur Keating, remarquablement interprété par Robin Williams, demande à ses élève de monter sur leurs bureaux, pour voir les choses d’un autre angle. Ce qui ne les empêche pas de voir les “choses” du même angle que tout le monde . C’est un peu ça pour moi le surdon. Une capacité de regarder les choses sous un angle différent, au point qu’on me demande souvent si je ne suis pas un peu tordue de monter sur ces tables.
            Paradoxalement, le terme de client, de clientèle, me dérange dans le sens ou un client est pour moi une personne qui va engager une dépense dans le but de satisfaire un besoin ou par simple plaisir. En tout état de cause, il y a dans ce mot une idée mercantile que je n’associe pas à une consultation chez un thérapeute.

        1. A mon sens la notion de “client” est voulu, elle est utile au thérapeute pour assurer une juste distance thérapeutique et pour éviter une implication trop personnelle pouvant devenir “malsaine” dans certains contextes.

          1. La notion de “client” permet peut-être aussi pour le professionnel de la santé, de prendre pleinement en compte la demande de la personne en souffrance, et de rendre compte d’une réalité économique qui est que le professionnel de santé est rémunéré par ces personnes. Au surplus, il y a peut-être possibilité d’exiger une attente de résultat.
            Il y a une suspicion qui me semble assez spécifiquement française, qui stipule que dès lors qu’on est rétribué par quelqu’un, on ait intérêt à maintenir cette personne “rétributrice” dans cette situation de rétribution. En termes plus grandioses, on appelle cela “faire suer les contrats”, expression que je suppose connue de la plupart de tous (ça va du BTP à l’habillage de jet-privé, aux contrats de développement logiciel, etc. etc.) et qui désigne une forme de mise en dépendance du client. En effet celui-ci est amené à débourser davantage après livraison du produit demandé, parce que ci , parce que ça, non pas parce qu’il ne voulait pas ce qu’il voulait, mais parce que ce qu’il voulait était savamment borduré, limité dans le contrat, sans que le client en ait conscience, – merci aux complices, nos amis les juristes et autres spécialistes fort bien formés et rémunérés dans notre pays, et qui ont peut-être généré cette synonymie “client” – “pigeon”.
            Pour ma part, j’estime que le mot “client” est tout à fait digne, et renvoie à une demande active, alors que le terme “patient”me semble renvoyer à une notion de souffrance passive.
            Sans juger forcément trop ces termes en soi, je crois que le terme “client” est plus approprié que celui de “patient” dans une démarche active.

  3. C’est mon premier obstacle vers la consultation. Le psychiatre m’analysera t-il dans la globalité de mes dires ou sauterait à la première occasion vers une névrose ou une psychose !

    1. Bonsoir Vador

      Si le psychiatre n’est pas au fait du surdon, il optera pour une névrose, vraisemblablement…
      et alors je vous renvoie au beau texte de Dabrowski sur le sujet… “je vous salue névrosés !” – http://www.talentdifferent.com/je-vous-salue-nevroses-663.html

      Toute la difficuilté est effectivement que le psychiatre accepte l’existence du surdon.. mais ensuite qu’il sache faire la part de ce qui est surdon et de ce qui est parcours de vie.
      Et sur ce point, je vous renvoie aux textes d’Andrew Mahoney sur le sujet, car ils me semblent très utiles.

      Maintenant, je vous livre mon témoignage. J’ai fait récemment l’expérience de prêter mon bouquin à un thérapeute qui ignorait ce qu’était le surdon chez les adultes.
      Il l’a lu et m’a même dit avoir mieux compris ce qui se passait.
      .. Alors peut-être pourrez vous vous risquer à faire la même chose : arriver chez un thérapeute avec une partie du mode d’emploi ?

      1. Bonjour Cécile (j’ai eu l’occasion de vous connaitre non seulement à travers votre livre mais aussi sur le site des congrés sur la surdouance – d’ailleurs ils vous ont appelé Céline et non Cécile et ils ont mis aussi votre nom sur le visage d’un autre professionnel du surdon… Cela m’a fait rigoler….). Je voudrais juste réagir à votre commentaire. Je trouve cela quand meme assez grave qu’on en arrive en 2012 à donner un livre qui n’est pas rédigé par une professionnelle du secteur psy mais par un témoin du “phénomène?” à un thérapeute! Je suis en première année de Psy à distance et je constate que bcp de diplomés en Master ne savent pas en effet ce qu’est un HP et les “symptomes” que vous décrivez si bien dans votre livre. Pourtant déjà en première année nous étudions la psy du développement et il y a meme des devoirs sur les enfances précoces……………….. Cherchez l’erreur!! Peut-on vraiment se déclarer psy sans s’etre penché sur le surdon chez les adultes??? Nous ne sommes pas en train de parler d’une maladie complexe et encore toute à découvrir…. Le surdon n’est pas nouveau. Enfin bref je reste perplexe et c’est d’ailleurs pour cela que j’ai du mal à m’orienter vers un psy pour passer les tests. Jusqu’à quel point sera-t-il/elle lui/elle-meme à jour sur la question? Quand on découvre les très interessants billets de Stéphanie il y a de quoi se poser beaucoup de questions…..

        1. Bonjour PetLover

          “Grave” ? Je ne sais pas…
          Mon livre est un témoignage, pas un ouvrage scientifique. Il n’est pas théorique, juste très pratique, une sorte de recueil de “Case Studies”.
          Au demeurant, il est au départ destiné aux thérapeutes et aux accompagnants des adultes surdoués pour permettre à ces derniers de mieux s’apprivoiser.
          Car dans certains cas je ne pense pas qu’il soit si facile de s’apprivoiser soi-même quand on a une vision de soi qui est au final si déformée.

          L’acceptation des enfants précoces est somme toute relativement récente. Rappelez vous aussi que les neirosciences sont une sciences assez récente (développement dans les années 90). Il est normal qu’il y ait encore beaucoup de chemin à faire pour les adultes.
          Je suis en ceci très reconnaissante à ce thérapeute d’avoir su accepter une vision qui venait d’un patient et non pas d’un théoricien.
          Je sais aussi que ce geste n’est pas isolé, ce qui me laisse beaucoup d’espoir sur l’amélioration rapide de la reconnaissance de cette population.

          En fin de compte, diminuer ou effacer les souffrances n’est il pas l’essentiel à retenir ?

          1. Bonjour Cécile et Petlover,

            mon témoignage pour dire que j’ai aussi fait la démarche de fournir les résultats du test, le livre de Cécile et parler de celui de Monique de K. à mon médecin et au psychiatre qui était prêt à me faire avaler le traitement destiné aux bipolaires…

            Le médecin m’en a grandement remerciée car cela lui a permis d'”élucider” mon cas une bonne fois pour toute mais aussi d’aider et orienter vers des tests certains patients qu’il n’arrivait pas à “cerner” !

            Le psychiatre, bien que plus réservé et modéré, a convenu que, à la lecture des ouvrages, je relevais effectivement ce cette “catégorie” de personnes… que ma “différence” taxée pourtant de névrose il n’y a pas si longtemps trouvait plus d’explications sous cette lumière-là.

            Passer du statut de “malade psy” à HP n’a pas été sans doutes et sans douleurs, Cécile en sait quelque chose et elle m’a grandement aidée avec Stéphanie…
            je ne les remercierai jamais assez !

            Alors oui, c’est peut être à nous à orienter les autres pour qu’ils nous comprennent mieux. Donner le “mode d’emploi” aux soignants et à l’entourage proche apaise bien des situations de souffrances, cela nous “ouvre” aux autres…
            c’est ce qu’il se produit actuellement pour moi : mon mari a aussi lu le livre de Cécile à ma demande, cela nous a rapprochés car il a enfin compris en quoi nous sommes différents tous deux, bien que complémentaires, et pourquoi aussi ses fils, petits zèbres, n’ont pas exactement les mêmes préoccupations que les enfants de leur âge !

            Cécile et Stéphanie : MERCI ! ***

          2. Je n’arrive pas à répondre à Solstice car je ne vois pas le lien “répondre” donc je réponds ici. J’ai employé le mot « grave » car je reste tout de même perplexe sur le fait que cela soit aux HP d’informer les professionnels de la santé mentale, dans le sens où personnellement si je m’adresse à eux, c’est parce que je suis en souffrance et je m’attends à ce que la réponse sur cette souffrance vienne de leurs études, expériences, mises à jour et non que cela soit à moi de leur apporter cette réponse (au prix de la consultation c’est quand même le comble !). Je répète, nous ne sommes pas en train de parler du Sida ou d’un virus méconnu mais seulement d’adultes surdoués. La surdouance est une chose connue et étudiée depuis le début du siècle !! Votre psychiatre en a conclu que vous êtes HP seulement à la lecture du livre ou bien il vous a-t-il conseillé d’approfondir avec des tests ou autres? Moi pour l’anecdote aujourd’hui je suis allée à un rdv avec une des meilleures graphologues d’Italie qui a déjà étudié plusieurs fois mon écriture celle de ma main droite et celle de ma main gauche (je précise que je suis gauchère contrariée) et je lui ai parlé des livres que j’avais lu et comment ils m’avaient bouleversés. Je lui ai donc parlé des tests de Mensa et du WAIS et m’a confirmé sa façon de penser sur ces tests (ce que nous pouvons lire dans les billets de Stéphanie sur le Weschler…). Alors je lui ai demandé si la graphologie pouvait détecter le HP d’une personne, vu que la graphologie prend en compte tous les aspects de la personne (émotions, sensibilité, capacités intellectuelles….) et elle m’a parlé des tests graphologiques sur les enfants….. Puis a sorti un livre qui contenait l’écriture de Mozart et m’a donné quelques indices en me certifiant que la seule écriture pouvait suffire à savoir si une personne était HP ou non (ce qu’elle n’a pas vu chez moi mais m’a conseillé par contre de “laisser aller la partie créative qui suffoque en moi”). Je me suis donc demandé comment cela se faisait-il que les graphologues n’étaient pas impliqués dans les tests pour adultes car leurs compte-rendus serait surement bcp plus fiables que les tests que nous connaissons. J’ai eu la sensation de la mettre dans l’embarras. Je l’ai vu étonnée devant ma question : “alors moi je ne suis pas HP? Vous n’avez rien détecté dans mon écriture?” comme ci elle se rendait compte qu’elle avait les capacités d’analyser et de voir du génie dans l’écriture d’un Mozart car elle l’avait analysé sous toutes ses coutures mais que dans l’autre sens, prendre une écriture d’un adulte apparemment banal (comme moi) et y trouver du génie cela ne lui est peut-être jamais venu à l’esprit. Je continue donc à rester perplexe.

      2. Bonsoir Cécile, je ne sais toujours pas si je suis HP, mais pendant cette période avec un manager pervers manipulateur, mon médecin m’a diagnostiquée bipolaire et m’a proposé d’aller voir un psychiatre, ou de me faire des séances de thérapies brèves prodiguées par ses soins (!!!) ce qui eu le don d’horripiler ma psy. Laquelle psy au cours d’une crise maniaque (ça n’arrive qu’à moi, j’étais allée la chercher alors qu’elle était avec les pompiers et sa fille en larmes, au retour d’un colloque sur les extra terrestres, et je jure que je n’invente rien), au cours de laquelle crise donc m’a dit n’avoir jamais vu personne pleurer autant dans son bureau et qu’un autre psy m’aurait probablement qualifiée de bipolaire. Et aussi que si j’étais là pour elle, c’est parce qu’elle avait été là pour moi (vu son état, j’ai omis de préciser d’un point de vue karmique certes, même si moi, j’avais payé chaque séance). Ca, c’était quelques heures avant de se faire interner. Et si je j’étais pas convaincue qu’elle pensait chaque mot qu’elle m’a dit, je ne lui en aurais pas voulu. Je déteste l’incompétence. En effet, 3 ans avec un manipulateur, ça déstabilise légèrement l’humeur, surtout quand votre psy nie ce que vous vivez, et rejette d’un revers de la main vos lectures sur la douance en sous entendant que ça serait bien vos chevilles n’enflent pas trop.
        Bref, on ne devient pas copine avec sa psy bipolaire, ni avec son patron pervers, et pour la douance, bin, j’en sais toujours rien de ce qu’on en fait si tant est que ça existe, et que ne me sois pas “monté le bourrichon” sur ça comme sur le reste.
        Et punaise, décidément, ce truc est pas racontable ni audible, pourtant je promets que je n’invente rien, et pardon pour l’épanchement, et merci pour le lieu d’épanchement.

        1. Bonsoir Lechalote
          Le commentaire ferait sourire (car vous savez remarquablement “planter le décor” pour votre psy)… si ne pointait derrière une vraie désespérance (et aussi, je trouve, pour en rajouter une couche à cette désespérance, une vraie culpabilisation – la victime se reproche d’avoir rencontré ses bourreaux… un phénomène “classique” selon le Pfr Crocq, spécialiste des traumatismes que j’entendais il y a quelques temps sur France Inter)
          Quelque part sur le blog, parmi tous les commentaires, Solstice d’Hiver a un jour indiqué que le psychiatre qui la suivait avait renoncé à lui prescrire des médicaments contre la bipolarité après avoir lu mon livre…
          J’ai le sentiment que nous sommes dans une société qui par sa violence produit des extrêmes tout en les niant : il faudrait que nous soyions tous standardisés, ne réagissant pas “trop”, ni dans un sens, ni dans l’autre.
          Je parcourais aujourd’hui les fleurs des émotions de Plutchik : certains ressentent les émotions plus violemment que d’autres, c’est indéniable. Et réagissent en conséquence c’est indéniable aussi.
          Pourquoi le nier ?
          Pourquoi ne pas s’employer à “faire avec” ? pour ceux qui en sont affectés, comme pour ceux qui ne le sont pas.
          Apprendre à aller vers l’autre et à interagir – là est, il me semble, le plus sûr moyen de faire converger les extrêmes en douceur.
          Quant au surdon…
          L’étiquette permet de rassurer, mais elle ne guérit rien.
          Alors je conclus comme toujours : l’important n’est pas d’être étiqueté, mais d’aller mieux.
          J’espère que ce blog, à sa façon, y contribue.
          L’occasion, pour moi, de vous remercier de contribuer à faire connaître le poème de Dabrowski, et, à travers lui, Talentdifferent.
          Passez nous voir un soir sur le chat, ça ne vous tente pas ? 😉

          1. Merci pour votre réponse (j’ai très envie de vous tutoyer, vous comprendrez pourquoi, et que la langue française est compliquée). Oui, il y a une vrai désespérance de ne pas avoir pas été pas “comprise” (c’est venu un peu trop tard, en tous cas pas au bon moment, ni avec les personnes dont je l’attendais, mais de la part d’autres qui on été de merveilleuses surprises aussi) et une vraie espérance aussi, tant j’ai appris pour moi et mes proches, et compris que l’âme humaine n’est pas faite de règles, mais d’apprentissages et d’espoir. Mais cela malheureusement n’exclut pas la colère. Pour le poême, il me parle, et pour cette raison, je le véhicule, je crois à cette “noosphère” (cf wikipedia), c’est moi qui vous remercie. Quant au tchat, j’y ai participé une fois avec beaucoup de plaisir, et j’ai souvent envie d’y revenir, pas plus tard que ce soir, mais j’ai peur à la fois de prendre trop de place dans des relations établies et de m’y perdre (qu’il ne prenne trop de place dans ma vie à moi). Notre société de mensonges sans repère produit des extrêmes qui prouvent seulement que nous devons cesser de chercher un mentor (école, système, parti, religion…) pour laisser agir notre libre arbitre. Des gens qui dévoilent la vérité sans fard et sans jugement, comme Alexandre Jardin avec sa famille, ou Félicité Herzog, m’impressionnent par leur courage. Enfin les lectures m’ont infiniment aidée, et concernant l’étiquette en effet, chacun trouve le mot qui lui va bien, surdoué, surdouillet ou névrosé qui me convient assez en ce moment 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *