Sensibilité aux pertes et aux gains et sensibilité sociale ne se développent pas au même degré chez les adolescents surdoués

Sur Pub Med, mention est faite d’une étude parue le 16 février 2011 dans le magazine PLOSOne. Elle est intitulée : « Sensibilité différente aux gains et aux pertes et habileté sociale chez les adolescents au cours d’un jeu public » (texte intégral en anglais disponible : « Different gain/loss sensitivity and social adaptation ability in gifted adolescents during a public goods game.« )

Cette étude a été menée par le Département d’Ingénierie Biologique et cérébrale de l’Institut Supérieur de Sciences et Technologie de Daejon (le KAIST) en Corée.

Bien que cette étude porte sur des adolescents, il est évident que les conclusions ne peuvent aussi que concerner les adultes, tant les comportements dès l’enfance, ont, par le biais des expériences vécues, un impact sur les comportements adultes. Les mots : isolation sociale, difficultés d’adaptation émotionnelles parleront certainement à plus d’un(e)…

Voici ce que mentionnent les conclusions dans l’abstract déposé sur Pub Med :

Les adolescents surdoués sont considérés comme ayant un QI élevé avec des performances mathématiques et logiques supérieures, mais sont aussi souvent décrits comme souffrant d’isolation sociale ou de difficulté d’adaptation émotionnelle au groupe social.

Les mécanismes sous-jacents qui aboutisent à des portraits aussi stéréotypés ne sont pas bien connus. Notre objectif était donc d’étudier de plus près la performance comportementale des adolescents surdoués à l’occasion de tâches qui faisaient appel à de la prise de décision en groupe, afin de valider leur habiletés affectives mais aussi leur habiletés cognitives sociales et non sociales.

Nous avons examiné les comprtements de coopération chez 22 adolescents surdoués et 26 adolescents non surdoués à l’occasion d’un jeu binaire itératif sur des bien publics (Public Game = PG), un jeu d’interaction sociale multi-joueurs.
Nous avons alors analysé les processus de décision stratégique qui incluaient coopération et individualisme.

Nous avons trouvé que les adolescents surdoués étaient plus coopératifs que les adolescents non surdoués. Tout particulièrement, en comparant les stratégies de jeu entre les deux groupes, les adolescents surdoués étaient moins sensibles aux pertes, bien qu’étant par ailleurs plus sensibles aux gains. De plus, les caractéristiques comportementales des adolescents non surdoués, telle que peu de confiance dans le groupe ou instinct grégaire, ne se retrouvaient pas chez les adolescents surdoués..

Ces résultats laissent supposer que les adolescents surdoués ont une habileté cognitive élevée, en même temps qu’une faible habileté à traiter l’information affective ou à s’adapter à de groupes sociaux, par comparaison avec les groupes d’adolescents non surdoués.

Nous en concluons que la sensibilité aux gains et aux pertes et l’habileté à s’adapter à un groupe social se développent à des degrés différents chez les adolescents surdoués et chez ceux qui ne le sont pas.

PMID: 21359224  [PubMed – indexed for MEDLINE]  – PMCID: PMC3040203

Texte intégral en anglais disponible : « Different gain/loss sensitivity and social adaptation ability in gifted adolescents during a public goods game.« 

… On pourra évidemment se dire que 21 adolescents test ce n’est pas beaucoup pour en tirer des conclusions.
Pour autant, cette étude me renvoie à une autre étude à laquelle je fais référence dans mon billet sur le Décitit d’Inhibition Latente, étude intitulée Creativity and personality et qui mentionne (P25 – Neurobiological FIndings) “Quand on étudie les fines variations moléculaires associées à un haut potentiel créatif et à la créativité, nous avons trouvé une association significative entre le gêne transporteur de sérotonine 5’SLC6A4 et les traits de tempéraments «éviter de faire du mal».

Je ne peux m’empêcher de trouver qu’il y a un lien entre « éviter de faire du mal » et « être coopératif ».

One thought on “Sensibilité aux pertes et aux gains et sensibilité sociale ne se développent pas au même degré chez les adolescents surdoués

  1. C’est exactement ce que je me disais ce midi en constatant que j’avais décidément du mal à me faire « spontanément » à la collaboration avec mes collègues. J’ai toujours l’impression d’être à côté de la plaque. Suis-je vouée à être une éternelle adolescente, my god ?
    😉 amer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *