Intelligence Day 2014 – Les surdoués au travail

Mensa Pays de Loire a mis le travail à l’honneur en octobre 2014.

Est-il important de se savoir surdoué dans sa vie professionnelle ?

Comment embaucher un surdoué et l’intégrer ?

Qu’est-ce que la souffrance au travail ?

Comment éviter le burn-out et en sortir ?

Une journée dense, à laquelle j’ai participé.

4 vidéos qui durent chacune environ 1 heure et demie, dans lesquelles puiser des ressources et des réflexions utiles !

Caractéristiques des adultes surdoués par rapport au monde du travail : conférence d’Arielle Adda

Les recruteurs et DRH connaissent ils les surdoués ? Comment se présenter à un entretien d’embauche ? Comment s’intégrer ? : Table ronde réunissant recruteurs et DRH (G. Le Roux, D. Priour, E Gardies, E. Rivet) – Modératrice : G Rougeron

La souffrance au travail, quels sont les facteurs aggravants pour les HP ? Table ronde avec deux psychologues du travail : M. Cadeau et C. Jeoffrion – Modératrice : A.V. Meyer

Le burn out – Table ronde réunissant M. Cadeau (Psychologue du travail) – Dr Oléron – Modératrice C Sordia

Print Friendly
Ce contenu a été publié dans Non classé, Surdoués au travail, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

46 réponses à Intelligence Day 2014 – Les surdoués au travail

  1. lepat dit :

    Il me semble qu’il y a un grand probleme dont on parle pas au niveau du systeme educatif a la fac qui favorise l’excellence academique (ca veut dire domaines dans lesquels le surdoué excelle) et confere un certain humanisme et le monde de la grande entreprise qui favorise le formattage (etre dans le moule), le fayotage ou la docilité parfois (dans un but de cohesion sociale de la strcture je le concede)
    Quand je dis ca dans des conferences sur les surdoués, il y a refus d’aborder le sujet, soi-disant c’est socio…
    je viens de lire plusieurs auteurs americains (entre autres aaron clarey) qui disent exactement cela cad que le surdoué n’est pas fait pour travailler pour des grandes entreprises ou grandes administrations mais plutot des tres petites strctures ou pour lui-meme
    Apparemment des etudes ont aussi demontré aux US qu’au-dessus 145 de WAIS, le qi devient un serieux desavantage dans vie professionnelle (ils veulent pas de genies) et mene souvent a l’echec !
    C’est meme assez effrayant de lire cela. j’ai pas le lien de l’etude sous la main. Il y a clairement une exclusion vers le haut de l’echelle de qi
    Je trouve les auteurs americains sur la douance moins poltiquement corrects et moins timides sur certains sujets ( n’ayant pas peur de secouer le cocotier) que les auteurs francais

    J’ai beaucoup apprecié les dernieres videos de cecile (mensa days) mais certaines autres videos sur les surdoués sont interessantes, par exemple
    https://www.youtube.com/watch?v=m0kEGYyrfG8

    De plus plutot que ne fut-ce qu’aborder le sujet, on va caricaturer le surdoué (ne sait pas travailler en groupe etc), meme les specialistes de la douance ou alors nous sortir un discours, c’est au surdoué de s’adapter un point c’est tout.
    De plus l’intelligence n’est pas valorisée dans notre société sauf dans des secteurs precis, contrairement a une certaine propagande (« recherche de talents » blablabla)
    De plus le surdoué derange au travail mais meme en famille, car il remet en cause, fait pas comme tout le monde en terme de parcours de vie
    Finalement, le seul milieu ou le surdoué peut etre vraiment a l’aise et lui-meme (a moins de travailler dans des secteurs tres pointus avec d’autres surdoués) c’est avec ses amis, parfois surdoués eux-meme ou proches en termes de ressenti.

    Vous avez compris que je suis de plus en plus en colere contre certains specialistes de la douance qui font dans le politiquement correct (refus d’aborder le surdon sous l’angle socio) et le manque d’information des surdoués (cecile le reconnait elle-même que la litterature en lague francaise est deficiente), de psys qui nous sortent parfois des discours rechauffés parfois caricaturaux, des psychanalystes qui voyent tout dans le faux self (liberer le surdoué de son faux self va sauver le monde MDR)
    le tort finalement du surdoué c’est d’etre trop intelligent, trop idealiste, et j’en passe (je viens de voir une video de cecile dans laquelle elle aborde l’idealimse du surdoué).
    Tout cela car c’est la majorité qui decide et tout ce qui sort de la norme qi 100 (pour simplifier) doit etre exclu ou normé (formatté). Et le rejet social entraine anxiété (phenomene biologique naturel), agressivité etc

    On ne va sans doute pas changer la société par contre informer les surdoués me semble possible si on sort du politiquement correct (cad la propagande de la majorité) et de plus il y a toujours des possibilités d’orienter les surdoués vers des environnements qui leur conviennent mieux. je crois qu’il y a un grand travail a faire de ce coté

    • Cricri dit :

      oui Lepat a raison

      meme en fac, d’ailleurs, si t’es pas dans la bonne case, tu ne peux pas évoluer et tu t’ennuie (j’en sais qq chose….). Evidemment, dans la recherche, c’est déjà plus adapté au surdoué, je pense.

      Côté psys, oui c’est vrai, y en qui nous sortent des discours dont on connaît déjà le contenu, au dernier psys je suis sortie et je me suis dit : plus jamais !!

      et oui il ya tant à faire sur l’information dans les entreprises… pour l’instant qu’on mette cette qualité sur le CV ou qu’on ne la mette pas, le résultat est le meme (pas de réponse, pas d’entretien) , là aussi j’en sais qq chose.

      par contre, j’ai trouvé les petites vidéos sympas, meme si le contenu est du rabaché, pour quelqu’un qui vient de découvrir sa douance, ca peut le renseigner de manière pratique et sans trop de blabla.

      sinon face à la colère de lepat, je réponds par l’apathie (c’est comme cela que je suis en ce moment… avec un corps lourd comme du plomb) il faut dire que les nuits blanches se succèdent… aie bonjour la baisse de performance et de vigilance !

      tiens d’ailleurs il est 1h15 du matin (encore 6 heures à attendre) snif…..

      Cricri (qui ne crie pas la nuit, sauf dans ses rêves parfois)

  2. lepat dit :

    Je suis tres critique sur le monde de l’entreprise et sa relation avec les surdoués (je suis moi-meme diagnostiqué HQI avec QI de 144), ces videos renforcent encore mes convictions et m’ont meme mis hors de moi, surtout ce type en bout de table. Le probleme fondamental c’est qu’il y a beaucoup trop de politiquement correct concernant le monde du travail et l’entreprise.

    A noter que j’ai fait des etudes brillantes et n’ai rencontré aucun probleme lors des mes etudes en fac d’ingenieur (alors qu’il semble que certains surdoués ont un probleme de ce coté), j’avais aussi une vie sociale riche a coté, en fait je bossais pas beaucoup pour de tres bons resultats academiques. Quand je bossais vraiment la matiere j’obtenais parfois 20/20 dans des matieres scientifiques ou techniques
    j’ai eu des profs qui m’ont contacté personnellement ou telephoné pour me feliciter, parfois pour bosser pour eux. J’ai preféré le monde de l’entreprise, apres tout c’est pour ca qu’on nous avait formés, non ?

    Un specialiste de la douance (lui-meme desabusé) m’a dit concernant les surdoués et le monde du travail :

    – un surdoué ne devrait pas travailler dans un secteur ou entreprise qui ne valorise pas la qualité ou la competence. Ca parait evident mais c’est pas toujours evident de constater que certaines entreprises ne sont la que juste pour produire de la m* et ca existe dans tous les secteurs, meme les plus prestigieux. C’est encore plus vrai actuellement en temps de crise ou tout est « low cost » et on cherche a produire le moins cher possible meme si on a une catastrophe au final. Je l’ai vu sur des projets informatiques par exemple
    Certaines sociétés produisent aussi de la merde comme un de mes anciens employeurs mais projetent une tres bonne image exterieure. Il faut travailler dedans pour s’en rendre compte…
    Par ailleurs nous sommes dans une société de court-termisme pour tout

    – un surdoué devrait eviter les grandes structures hierarchiques ou fayotage, politique, conformisme moutonnisme etc sont la regle (vous m’avez compris). Evidemment un surdoué ne sera par definition pas dans le moule.. Il voit plus vite que les autres ce qui fonctionne pas, est plus perfectionniste etc
    Il reste donc les petites structures, professions liberales, consultance.
    Neanmoins ici on voit poindre un probleme peu soulevé : l’aspect critique de l’orientation des etudes. Certains metiers d’ingenieurs, specialités ne destinent qu’a travailler en grande entreprise et parfois uniquement sous formé salariée…

    Ce specialiste de de la douance fut certes tres interessant, mais j’aurais aimé savoir ca plus tot !
    Maintenant en fin de carriere, je bosse pour un petit bureau d’etudes qui me convient beaucoup mieux. mais quel gachis !

    A coté de cela certains problemes comme la souffrance au travail sont des problemes de société qui sortent totalement de la problematique des surdoués, c’est une erreur d’en faire un uniquement un probleme des surdoués.

  3. Nina dit :

    J’ai « subit » pendant 1 an la manipulation et la répression (je ne trouve pas d’autres mots) d’une PN au travail. C’était ma N+1, je venais d’avoir le poste suite à une mobilité à l’intérieur de mon entreprise.
    A mon arrivée, le clash avec les autres personnes du service était latent et perpétuellement sur le point d’éclater.
    La situation faisait suite à une extension et différente bricolage de réorganisation qui avait débouché sur un éclatement de l’activité en plusieurs pôles. Ainsi ce que ma responsable maitrisait avant, elle ne le maitrisait plus. Son combat était de se servir des gens autour d’elles, notamment de son équipe, afin de mener ce combat pour elle.
    Insatiable dans son ambition de briller, elle allait même jusqu’à se battre pour avoir la vue sur tous ce qui se passait dans l’entreprise en s’insérant dans toutes les réunions et tous les process en cours alors que son utilité était largement remise en question, personne ne l’envoyer chier. Elle s’insinuer ainsi et déclarer tous haut que nul service ne pouvait se passait d’elle.

    Pour ma part, elle a commencé en me chouchoutant, je n’étais pas dupe du jeu car au bout d’un certain temps je me suis vite aperçu qu’elle n’était pas normal (il suffisait d’observer les clashs qu’elle déclenchait sur le plateau). Pendant quelques mois j’ai observé la situation et surtout vu comment elle enchainait les clashs avec les autres. Je ne suis pas intervenu en premier lieu j’avoue car j’étais dans l’expectative et un peu étonnée de l’endroit où j’avais atterrit.
    Et comme cela était prévisible elle s’en est prise à moi. Alors je vous passe les détails ça va des mensonges, des dissimulations, au harcèlement toute la journée pour présenter un fichier comme ELLE le souhaitait, (c’est à dire qu’elle voulait des cellules excel rose et non rouge. Ce genre de détail à la n’importe quoi.)
    Bref, j’ai été arrêté après remonté Rh et tout le tintouin pour au final changer de boulot OUF !!! Je me suis rebellé car j’en ai tellement subit dans ma vie que j’ai décidé de pas me laisser faire. Mais j’ai morflé car j’ai perturbé le système (je vous raconte pas la pagaille)

    Pourquoi je vous raconte cela ? Car je voudrais pondérer par mon expérience certaines analyses des PN.
    Peut-être que certains PN sont des surdoués. Cela je ne sais pas. C’est possible.
    Moi-même je ne sais pas si j’en suis une, en lisant les forums je m’aperçois que je rentre dans 90 % des critères (hyper activité pro et perso, rapidité, hyper polyvalence et curiosité insatiable, etcc…). Ma mère m’as dit qu’enfant on avait voulu me faire sauter des classes mais qu’elle avait refusé.

    Par contre la PN que j’ai rencontré elle était dans l’apparence de l’intellectualité et non dans la véritable quête intellectuel.
    Ce sont des personnes qui se reposent sur des acquis, mais tellement manipulateurs qu’ils entretiennent une illusion de « surdouances ».
    Mais quand on gratte un peu, on s’aperçoit du manque de profondeur et de référence.
    Les PN sont à mes yeux, et cela suite à ma courte expérience à travers un contact, des gens qui justement savent au fond d’eux-mêmes qu’ils sont une escroquerie, ils savent qu’ils mentent et qu’ils font preuve de génuflexions linguistiques pour maintenir l’illusion mais qu’au final, ils sont défaillants. Ce sont d’ailleurs des personnes en échec de carrière.
    Pour se redorer ils utilisent les doués autours d’eux, les manipulent pour leur tirer le plus de travail et ainsi le leur voler pour mieux briller.
    Ils sont tellement narcissiques qu’ils ne peuvent supporter que quelqu’un de leur équipe brille plus qu’eux. (Croyez moi c’est là que les problèmes commencent avec eux).

    C’est l’issu de mon observation et d’échanges avec des personnes ayant subits des PN.

    Après une étude comparer peu faire ressortir différents types de PN mais au final qui sont des PN par certains points commauns malgré certaines différences.

    • Cécile dit :

      Je crois que la réponse que je viens de faire à Pouic s’applique aussi à vos réflexions…
      Cf le papier rédigé par un professeur de l’INSEAD (Manfred F.R. Ket de Vries) intitulé « The Psychopath in the C-Suite – Redefining the SOB » (traduction approximative : « le psychopathe dans la suite C – une redéfinition du FDP » avec un jeu de mot autour de SOB, car il signifie ici : Seductive Operational Bully – le Harceleur Opérationnel Attirant).

  4. pouic dit :

    http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/01/24/soufrance-au-travail-oubliez-le-psychologue_4852707_1656994.html

    Un article qui brosse bien – je trouve- le monde du travail, et que l’on peut meme transposer pour la vie en general. Comment s’adapter a ça????? A moins de se rogner, de se renier, et de finir en ersatz d’humain, je ne vois pas comment faire.

    • Cécile dit :

      Pour ceux qui lisent l’anglais, ce papier rédigé par un professeur de l’INSEAD (Manfred F.R. Ket de Vries) intitulé « The Psychopath in the C-Suite – Redefining the SOB » (traduction approximative : « le psychopathe dans la suite C – une redéfinition du FDP » avec un jeu de mot autour de SOB, car il signifie ici : Seductive Operational Bully – le Harceleur Opérationnel Attirant).

      Pour Manfred Ket de Vries « la facilité avec laquelle ces SOB se hissent aux plus haut de la hiérarchie pose la question de savoir si la culture organisationnelle de certaines entreprises n’en fait pas un lieu idéal pour l’épanouissement de profils psychopathes« . Page 7, une liste impressionnante de chercheurs qui, depuis 1964, constatent ce fait. Page 8, « Tous les psychopathes ne sont pas destinés à la prison.certains occupent des postes de direction générale« .
      Et Page 9 « Ironiquement, bien des qualités qui sont appréciées dans les Directions Générales sont qualifiées de problèmes mentaux dans d’autres contextes« .

      .. Page 11, cerise sur le gâteau « Nombre de ces Harceleurs Opérationnels Attirant sont perçus comme des Hauts potentiels difficiles à manager« ….

      • pouic dit :

        Enfin ce que je voulais dire, c’est que la violence au travail ( qui a toujours existé – la violence tout court d’ailleurs-) est malheureusement le pendant de nos natures humaines, somme toute très animales. C’est la methode qui a changé: avant c’etait le fouet physique, aujourd’hui c’est le fouet psychologique, il a bien fallut contourner les progrès de la protection salariale!! Tout devient plus complexe et pervers, c’est la rançon de l’evolution….
        Et qu’en utopiste desillusionnée, je ne peux qu’hurler de douleur devant le naufrage des idées du siècle des lumières…..

      • pouic dit :

        Et que soit la psychiatrisation au travail ou dans la vie en general des comportements humains, c’est ça que je trouve très pervers, dangereux, il n’y a que très peu de garde-fou, si je puis dire ;).
        Untel va me traiter de pervers si je ne me comporte pas comme il aurait souhaité, et que ça l’a blessé, l’autre de psychotique sans savoir ce que veux dire ce mot et sans me connaitre, juste se baser sur un fait ( il a lu un resumé dans femme actuelle, » et je vous assure, M’m michu, le voisin est tout pareil que dans le magazine! »), l’autre de depressif si j’ai du mal a m’adapter a des conditions de vie très penibles, ou encore pire, utilisant ces mots en ayant conscience de leur portée, juste par volonté de faire du mal, de detruire, parce qu’aujourd’hui on n’a plus le droit de taper quelqu’un , c’est puni par la loi, alors on le detruit comme ça. La psy, on lui fait dire ce que l’on veut si on veut. Ce n’est pas une science.
        La aussi, on subit la rançon de l’evolution, la psy permet de soigner des souffrances, mais le revers de la medaille peut etre terrible.

      • lepat dit :

        vous avez aussi le livre suivant, snakeinsuits , when psychopaths go to work, je l’ai lu
        http://www.snakesinsuits.com/

      • lepat dit :

        l’entreprise est elle-meme un superorganisme dont la seule logique n’est pas humaine, mais le profit..
        pas etonnant que les profils de psyhcopathes y soyent valorisés
        Il faut savoir qu’on a meme que pour des hauts profils (idem politiciens) des trait narcissiques ou psychopathqiues sont necessaires pour des raisons evidents : manque total d’empathie face a des masses d’employés, de soldats etc qu’on va sacrifier

        • France de Mtl dit :

          Même chose pour des présidents, premiers ministres…pour ne pas nommer de nom….hihi. Généralement mégalomanes dénués d’empathie!

    • Cybercricri dit :

      Bonjour Pouic,

      Alors soit tu es fait plus et tu es mal vu,

      soit tu n’en fais pas plus (car tu n’es pas payé plus), mais tu souffres autant, car le manque de travail se ressent durement en fin de semaine, le vendredi soir tu es aussi fatigué, car tu dois gérer un stress dingue en t’adaptant au rythme très lent des autres qui n’est pas le tien. Ca use à long terme.

      Mais, au fond, y a la salaire qui tombe à la fin du mois. Et puis, il y a ton entourage, la famille qui ignore tout, meme le milieu pro ne sait pas à quel point t’es en avance…. puisque tu fais tout pour que ca ne se voit pas.

      Bon on l’aura compris, je parle de moi….. Est ce que je culpabilise ? Non plus maintenant, j’ai tendance à me lisser….. et je suis blindée. Je dirais que je me sens mieux comme ca, mais c’est une impression très floue.

      Tout est mélangé dans cette vie : ce qu’il faut faire, ce qu’il faut faire voir aux autres, ce qu’il ne faut jamais faire (sous peine de se faire plus de mal qu’autre chose ou de se faire mal voir), l’image qu’il faut donner (on n’en veut pas de cette image, mais parfois ca nous sert bien quand meme : la fille lisse et qui ressemble ….. aux autres).

      Comme j’ai toujours fait : je fais pour le mieux avec les moyens du bord, donc je continue sur ma lancée, c’est comme ca que j’en souffre le moins.

      (traduire : la petite flamme est partie très très loin…….)

      Cricri (qui ne crie qu’au fond d’elle meme)

      • pouic dit :

        Et oui, quand tu dis que la flamme est partie très très loin, devoir s’inhiber de la sorte pour vivre, c’est bien déprimant……
        Mais oui aussi, on n’a pas toujours la possibilité de pouvoir vivre, travailler, sans porter de tenue de camouflage.

        En etre conscient est deja un moindre mal, savoir qui l’on est et pourquoi il est necessaire de s’adapter, c’est mieux que de se débattre par méconnaissance de son mode de fonctionnement . Avec le recul, que d’années d’incompréhension, je croyais vraiment que j’avais un problème ( et je m’inhibais, mais pas en connaissance de cause, c’etait terrible, et d’ailleurs ça a fini par exploser!!), que les autres etaient normals et moi completement dingo ;).
        Aujourd’hui, je vis un pas de coté, c’est plus doux- quoiqu’un peu triste, je l’avoue, mais comment faire autrement?- je ne me prend plus les incoherences des autres en pleine figure, je les analyse, je les comprends, je les digère, et ça passe mieux. Et je n’ai plus honte d’etre differente.
        J’ai la sensation d’avoir un cerveau completement élastique, qui peut aller dans tous les sens, du coup j’ai un peu tendance a ne pas savoir quel sens prendre, pour diriger ma vie, et d’ailleurs faut-il devoir vraiment choisir un sens? Ou juste vivre?

        • pouic dit :

          Et d’ailleurs , a propos de sens, j’ai remarqué que lorsque que j’en trouve un nouveau, une nouvelle voie, tres vite le sens inverse devient lui aussi evident et plausible, ainsi que tous les chemins de traverse alentours…. Du coup, toujours l’impression de me trouver a la croisée des chemins, mais qu’au lieu d’etre devant des choix possibles, je me retrouve plus en position de panneau indicateur (a direction changeante 😉 ), qui en fin de compte , ne quitte pas son emplacement.

          • pouic dit :

            Et c’est vrai que les gens me demandent souvent leur chemin ( au premier sens du terme), donc je dois vraiment avoir une tete de panneau indicateur!!! 🙂

          • Cybercricri dit :

            Opter pour un sens, ou une direction, c’est négliger les autres, et les autres possibilités.

            Ne pas choisir , c’est ne rien privilégier, et rendre toutes les options possibles. C’est une souplesse qui permet de s’adapter.

            Envisager d’autres possibilités, ou d’autres voies, c’est aussi pour ca qu’on regarde les personnes exercant d’autres métiers, et qu’on se verrait bien les imiter, ou les remplacer.

            En effet, notre dynamique d’apprentissage étant très rapide, on s’approprie très facilement leurs aptitudes, leurs connaissances.

            Depuis toute jeune, je me suis imaginée exercer n’importe quel métier, car finalement, après une courte période d’adaptation, ca coulait de source pour moi. Mais pas pour les autres.

            Faire leur travail sans avoir eu la formation qui leur a tant couté en énergie, pensez donc !

            Déborder des cadres de notre poste, ce n’est ni plus ni moins que cette arborescence qui se déploît sans fin, et possèdes des ramifications vers les compétences ….. des autres.

            Quand on se mêle du travail des autres, attention, danger…..!

            • pouic dit :

               » Quand on se mêle du travail des autres, attention, danger…..! « : Oui, par exemple avec les medecins, ou je vois bien que mes questionnements ne sont pas toujours appréciés, alors que ce n’est de ma part qu’une volonté de savoir, comprendre, sinon c’est source d’angoisse. Notamment dans des domaines comme l’endocrino ou les points d’interrogations sont encore nombreux. Mais je les comprend aussi , ca doit etre tres penible pour eux, si tous les patients faisaient ça! 😉

            • Jean-Claude dit :

              Tout à fait en phase avec ce commentaire.
              C’est inimaginable pour beaucoup que leur « job » ne soit pas si compliqué que ça.
              Je me souviens d’un post de blog (en anglais) qui disait en substance : pour les autres ce qui importe dans votre job c’est l’étiquette pas tellement ce que vous faites en pratique. Du coup, lorsque quelqu’un (un zèbre par exemple) se met à comprendre ce que vous faites et en plus pourrait le faire à votre place, imaginez la panique !!!

              • Cécile dit :

                Concept du fameux « job à la con » ?

                • pouic dit :

                  Oui, mais il faut avouer, que tout simple que puisse etre ce job a la con, dans la durée, on sera surement penalisé par notre manque d’intelligence sociale ( je n’arrive toujours pas a comprendre comment prendre le pouvoir sur les autres peut etre une intelligence, enfin je le comprend mais je crois que je n’y arriverai jamais!!). Et il semblerait que la plupart des gens fonctionne comme ça, au final le taf c’est devenu ça….Non?

    • lepat dit :

      C’est ce que je dis et repete sur ce site regulierement, on psychologise des problemes, avant tout sociaux, car ils concernent une majorité de la population.
      Reste que peu de psys ont le courage de denoncer publiquement ca, mais ils en profitent aussi.
      La psychologisation de problemes sociaux et la negation de certains problemes sociaux (en gros « lutte des classes » bien que je n’aime pas ce vocable car la realité actuelle est assez complexe avec la mondialisation et les fonctionnaires qui restent des privilégiés) arrange bien les dirigeants. En corollaire a cette souffrance au travail generalisée et erigée en systeme etabli, ne voit-on pas poindre une société totalitaire ou le travail forcé etait la norme ?

  5. Noëlle dit :

    Moi qui ai vécu pendant plusieurs décennies de façon très proche avec des pervers (deux femmes et un homme) dans un milieu génétique de surdon, je ne peux qu’être admirative devant la description des PN donnée par Terry. Ayant moi même un HQI (=146) lié aux caractéristiques d’hypersensibilité et de surémotivité, c’est sans surprise que je découvre avoir été du » pain béni » pour ces personnes; j’ai vu d’autres cas de surefficients que ces PN ont attaqués sans merci. Même après leur mort, les PN ne lâchent pas.
    Leur capacité de destruction de gens fragiles, sans le moindre scrupule et avec plaisir, est remarquable. Jeune je n’arrivais pas à comprendre leur démarche car, étant très différente, il m’a fallu longtemps avant de saisir la satisfaction intense qu’ils tirent du mal qu’ils font. En lisant Terry, j’ai l’impression de voir un copié-collé de mon expérience. Je pense que son analyse si pointue a du lui permettre d’aider des victimes et d’être efficace dans son travail.

    • Nina dit :

      Je suis également d’accord avec l’analyse de Terry. La PN que j’ai rencontrer dans le milieu professionnel était tel qu’il le décrit. Surtout la partie concernant le pouvoir absolu (voir mon mini témoignage ci-dessus)

      @Noelle > je suis doué et également hyper émotive, comment puis-je déterminé si je suis surdoué ? (j’ai fait un test de QI un jour pour un recrutmement (= 136) et un deuxième (=142). Est-ce suffisant, je voudrais bien savoir. D’une curiosité insatibale je voudrais s’avoir si cette façon d’être chez moi peut me définir comme surdouée.

      Merci d’avance 🙂

      Ps je cherche dans les forums mais je ne trouve rien de concret. Je suis tombé sur celui-là qui parle des PN également.

      • Cécile dit :

        Bonsoir Nina

        Pour savoir si vous êtes surdouée, le test de QI est une bonne base (sauf difficultés majeures de type »Dys » ou inhibition intellectuelle,ou encore dépression).
        Si les tests que vous avez passés l’ont été dans les règles de l’art (Indice Verbal / Indice Performance / etc. avec une moyenne QIT) c’est une très bonne indication.
        Mais pour comprendre mieux en détail tout ce que ceci signifie, il vous faudra vous documenter : lire la littérature, parcourir les forums…
        Sachant que ce n’est pas tant l’étiquette que l’équilibre personnel qui importe. Et que cet équilibre n’est pas assuré à 100% par le surdon. Le surdon n’est pas et ne fait pas tout.

  6. Terry dit :

    Bonjour,

    La lecture de vos commentaires sur les pervers (PN) m’a donné envie de participer à ce débat et d’apporter une petite pierre à l’ouvrage, juste à titre informatif, car je n’ai pas de bonne solution quand il s’agit de PN.

    En tant que consultant en ressources humaines et praticien psy intervenu dans le domaine des risques psycho-sociaux (stress et souffrance au travail, pour résumer) durant près de six ans, j’ai eu l’occasion d’être confronté à trois PN, et veuillez croire que ce n’étaient pas de « bonnes occasions ».

    Les voir agir m’a permis de capter quelques modalités de leurs comportements. Voici parmi les mots de vos commentaires ceux qui correspondent à ce que j’en ai vu : « excellent manipulateur, manipulateur hors pair, destructeur, se moque de la souffrance de l’autre, ne peut même pas imaginer et comprendre que l’autre souffre, ont uniquement de l’empathie pour eux même mais aucune pour les autres, ressemble par certains aspects au sociopathe / psychopathe par cette absence complète d’empathie »

    D’après ce que j’ai observé, l’objectif essentiel du PN est d’assoir un pouvoir absolu en sa faveur sur toute relation interpersonnelle qu’il décide de prendre pour cible, et ce, indifféremment dans la sphère personnelle et/ou professionnelle. Ce pouvoir qu’il cherche à ancrer est d’ordre psychologique, émotionnel, relationnel. Pour ce faire, il s’appuie sur toute ressource qu’il lui semble bon de déployer : l’intelligence et la manipulation sont quelques-uns de ses moyens. Toutes ses ressources, et elles sont puissantes, sont dévoyées au service de la suprématie qu’il cherche à établir à tout prix sur autrui, avec un objectif de toute puissance sur autrui. On pourrait dire qu’il atteint le but ultime lorsque sa cible s’auto-victimise et pointe de son libre arbitre sur sa propre tempe le « fusil psychologique » que le PN tient en mains. C’est quasiment du totalitarisme au sens d’Hannah Harendt. Et ensuite, cela ne signifie pas qu’il va tirer, pas forcément, mais il peut tout aussi bien tirer. À ce stade-là, d’amples dégâts d’ordre psychologiques et émotionnels ont de toute façon été causés. À n’en pas douter, le PN est un prédateur puissant et dangereux.

    Il se comporte de la sorte parce que c’est un jeu qui lui procure du plaisir et parce qu’il éprouve un sentiment de jouissance au contact de la toute-puissance. C’est également et probablement le seul moyen pour lui de se sentir en sécurité dans la relation que d’avoir tout pouvoir sur l’autre. Le pervers n’entre jamais dans la relation, il ne fait que manipuler la relation à des fins de pouvoir. Non seulement il se moque de la souffrance d’autrui mais surtout il y prend du plaisir.

    Solliciter la part de « compréhension » inhérente à son intelligence est voué à l’échec : il n’en n’a que faire, il n’est pas en contact avec ses faiblesses ni aucun sentiment d’empathie ni prêt à ressentir ou reconnaître quelque faille en lui. Il n’est d’ailleurs jamais responsable de quoique ce soit, mais se débrouille pour renvoyer systématiquement la responsabilité vers l’autre et s’appuie ensuite sur le sentiment de culpabilité qu’il déclenche. Autant dire qu’un surdoué hypersensible, surémotif et doutant de ses capacités en permanence est du pain béni pour le PN.

    Dans sa manière de procéder pour installer son emprise, le PN utilise souvent un modus operandi pervers à proprement parler qui consiste à attaquer puis aider sa cible juste après l’avoir attaquée. Un temps il cause du mal, un temps il fait le bien : « Je suis le poison, je suis le remède », « je suis le tueur, je suis le sauveur » pourrait être son mantra. Ce procédé l’aide à assoir une forme de dépendance psychologique sur sa victime, et c’est une prémisse à sa future emprise. Dans la réalité, la manière d’agir du PN est le plus souvent assez subtile pour rester invisible et relativement indolore durant un temps conséquent, et il se débrouille assez bien pour que le doute subsiste à son bénéfice. Ce qui fait qu’il est assez difficile à repérer : lorsqu’on perce enfin à jour son vrai visage, la toile d’araignée est déjà tissée, la proie est prise dedans et le venin se distille en elle.

    Il me semble que rien n’empêche un PN d’avoir un HQI ou un THQI, bien que ne faisant preuve d’aucune d’empathie : c’est peut-être l’exception qui confirme la règle, je ne sais pas. Les 3 phénomènes de PN que j’ai observés étaient indubitablement très intelligents. Mais pour moi, cela ne constitue pas la question prioritaire : la priorité, à savoir l’éléphant dans le couloir qu’il faut viser, ce n’est pas son éventuel niveau d’intelligence mais bien qu’il cause énormément de dégâts et de souffrances, et il s’agit de d’enrayer ses actions ou bien d’en limiter les conséquences : c’est là que commencent d’autres soucis, parce que le PN sait aussi bien mettre ses puissantes capacités au service de sa propre défense, et parce qu’on sort rarement complètement gagnant et indemne d’un affrontement avec un PN. Il reste à faire l’inventaire des plumes qu’on y a laissé au passage, et reconstruire son plumage, loin, à l’abri et au calme d’un nid bien douillet.

  7. lechalote dit :

    Hey, c’était chouette au fait de te voir en vidéo là bas!
    Participe encore beaucoup , ton éclairage étayé est vraiment important pour ces débats.

    • Cécile dit :

      :blush:…

    • Jean-Claude dit :

      Wouah,

      J’ai enfin pris le temps de regarder ces vidéos.
      Oui c’est bien d’avoir un regard autre que celui des pyschologues « du travail ».
      J’adhère parfaitement à votre intervention : je me suis souvent pris la gifle du « vous allez vous ennuyez », « où pouvez vous bien vous caser, vous savez faire tant de choses ».
      Et je fais quoi alors ? Je diminue mes compétences pour rentrer dans les cases ?
      NO WAY ! Je trace ma route, j’essaie d’être un maximum sociable (ça me demande un effort dingue mais j’y arrive) et je tente de m’imposer là où je sens que je suis légitime. Et c’est vrai que je peux en menacer plus d’un, même si ça n’est en aucun cas mon intention.
      A la réflexion, lorsque j’arriverai à mieux me comprendre à m’accepter comme je suis, je sauterai le pas de fonder mon entreprise et de tout faire pour travailler et faire travailler les gens avec qui ça « fitte ».

  8. zworgty dit :

    Bonjour,
    finalement, la meilleure façon pour s’en sortir au boulot est de faire comme à l’école : se cacher, dissimuler ? Certes, on se retrouve souvent en ébullition car ce serait si facile d’améliorer les choses « ainsi »(et si vous voyez mon ppt, c’est d’un simple!), ou en pleine condescendance car personne ne comprend mes mots d’esprit quand je les laisse fuser (ne jamais les laisser fuser!), ou…
    En tout cas, suite à un burn out, je me suis retrouvée chez un psychologue du travail qui m’a demandé si je n’étais pas surdouée (quoi ????en plus d’être rapide à la limite de l’anormalité, intuitive à la limite de la sorcellerie, il fallait en plus que je sois…)
    Maintenant, je vais mieux (enfin, peut-être) je m’habitue à cette notion de dyssynchronie et je m’économise. Physiquement et mentalement. Dès que je serai plus en forme, je verrai pour un bilan de compétences (moins stressant que le test pour aller chez mensa). Après, wait & see.
    En tout cas, je remercie l’auteure de ce blog et du livre, vous existez, vous êtes tous là autour et « je n’ai pas été abandonnée par l’équipage sur cette planète déserte ». MERCI !
    Mais bref, il y avait une discussion sur les pervers et les surdoués : l’un n’exclut pas l’autre. En tant que surdoué, vous pouvez détecter le pervers, élaborer des process pour l’éviter ou l’éloigner. Si ça tombe sur vos parents qui se moquent de vous à longueur de journée : économie, évitement, faux self…Du genre : j’ai construit une grosse armure et je suis (pas si) bien dessous mais au moins je suis à l’abri. (De temps en temps, j’en sors. De temps en temps, je m’exprime.)
    Quid du PN ET surdoué ? Il a peut-être tellement souffert ? Il paraît que pas mal de meurtriers sont doués ? Etait-ce l’effet d’une énorme colère ?
    Quid du PN face au surdoué ? Il va le railler et/ou en avoir peur. Ca va faire comme au collège avec le petit « intello » et le champion de foot ?
    Quid du surdoué face au PN ? Non, on ne lui dit pas tout ce qu’on pense de lui, ça nous blesserait autant qu’on pense qu’on va le blesser. Il paraît même qu’une satire d’un barde celte bien envoyée pouvait « tuer » la réputation d’un autre celte. C’est-à-dire le tuer himself. Alors depuis, je prône la parcimonie. J’essaie de m’économiser. Entre nous, j’y arrive pas aussi bien que ça.

  9. Luc dit :

    quelques remarques sur les videos (video des recruteurs principalement)

    – le HPi heureux dans le public de cette conference, comme par hasard, n’est pas en entreprise mais dans l’enseignement avec du TEMPS (en entreprise c’est rare) pour s’epanouir a coté ( ce que je trouve tres positif , ayants beaucoup d’activité extra-pro moi-meme)

    – paroles de recuteurs
    « l’entreprise n’est pas la pour vous materner » « il faut rentrer dans le moule »  »
    « il faut devenir adulte » « si possible ne pas etre top brillant, tenir sa langue etc »
    « comment etre a l’aise dans son formattage », « un tailleur oui mais pas jaune » quoi encore ? Tout est dit, l’entreprise n’est pas faite pour HP. Les recruteurs sont eux-meme formattés, et c’est qui eux qui vous selectionnent !
    Moi ca me fait penser a un cheval de course qu’on envoye labourer dans les champs
    En plus en temps de crise il y a encore plus de candidats et le recruteur va pas prendre de risque.

    – souffrance au travail : ca devrait etre l’exception, pas la regle. cela demontre un probleme social grave. M Cadeau « c’est normal de souffrir au travail » je crois rever

    – solidarité entre hpi en poste : ces propos tiennent pas car les hpi constituent une faible minorité, sauf a travailler dans la recherche ou les qi moyens sont tres elevés et le hpi sera parmi ses pairs

    – codes sociaux : il y a meme des codes vestimentaires pointus dans certaines sociétés. J’ai vu des collegues employés avoir une remarque de la DRH car pas bien rasés ou cravate legerement defaite ou truc du style, des gens sans contact clientele aucune en plus

  10. Luc dit :

    J’aimerais dire un chose importante.
    A une certaine epoque j’ai du informatiser des tests de selection (intelligence et personnalité) avec traitement automatique.
    Je n’ai plus ces tests sous la main mais on peut facilement le verifier. Ce qui m’a frappé c’est que le fonctionnement de ces tests favorisaient une personne moyenne en tout, sur tous les criteres (courbe de Gauss, loi normale). En d’autres termes :

    – ceux meme meilleurs en TOUT que la population generale auraient ete ejectés
    – les profils atypiques (tres bons sur certains criteres, peut-etre moins bons que la moyenne sur d’autres) seront discriminés et inspireront mefiance

    Donc celui qui est favorisé et engagé c’est le QI 100, mediocre, conformiste et moutonnier !
    Cela m’avait choque a l’epoque mais ca ne fait que confirmer ce que je pense : on ne veut pas de profils atypique ou meme de surdoués dans les entreprises.

    Bien sur les sous-doués seront aussi rejetés (plus bas que la moyenne en tout)
    Donc un surhomme au sens nietzsheen ne serait pas engagé rien que par ces test ! Voila le monde reel dans lequel on vit et la demonstration que l’entreprise (surtout la grande) favorise le fayotage, la politique, le conformisme, et bien sur en consequence une hypocrisie epouvantable mais rarement la competence, les valeurs (loyauté, travail etc)
    J’ai lu sur ce site que certains HP etaient obligés de cacher leurs competences. je veux bien les croire !
    Par ailleurs les articles qui denoncent tout ceci sont tres timides en general. j’ai pu en lire un sur capital

    donc celui qui est favorisé et engagé c’est le QI 100, conformiste et moutonnier !
    Cela m’avait choque a l’epoque mais ca ne fait que confirmer ce que je pense : on ne veut pas de profils atypique ou meme de surdoués dans les entreprises.

  11. pouic dit :

    Parce que dans la meme video elle dit- ce que l’on retrouve très souvent dans les articles consacrés aux perves narcissiques- qu’un pervers ne peut etre surdoué, qu’il est juste un excellent manipulateur. Alors?

    • pouic dit :

      Juste une interrogation, une vidéo par ailleurs très interessante 🙂

    • Cécile dit :

      Il me semble important de rappeler que la construction identitaire est centrale et que le surdon est un amplificateur.
      Donc rien n’empêche un surdoué d’être manipulateur destructeur…

      j’ai pêché au hasard cet article de l’Express qui traite de la théorie de l’attachement, en lien avec le pervers.

      • pouic dit :

        Oui, mais on dit qu’un pervers n’est pas empathique du tout- c’est d’ailleurs pour ça qu’il fait du mal, il se moque de la souffrance de l’autre – et l’empathie, c’est quand meme un des traits marquants du surdoué…
        Donc, qu’un surdoué puisse etre manipulateur, oui, mais un pur pervers narcissique, non!!

        • lechalote dit :

          Sujet qui me passionne…je me fais l’avocat du « diable », tu ne crois pas qu’un surdoué qui aurait tellement souffert pourrait mettre en place des défenses telles qu’il puisse devenir un MNP pour se protéger?…

          • pouic dit :

            « Je ne crois pas aux surdoués « bisounours », même s’il est vraisemblable qu’effectivement l’empathie et le gêne de « éviter de faire du mal » sont bien présents (cf mon billet sur le Déficit d’Inhibition Latente ) « .
            Ceci est une partie la reponse qu’a fait Cécile a une personne ici qui parlait de pervers narcissique en disant comme moi qu’un surdoué ne pouvait pas l’etre…
            Après, perso, je ne crois pas, mais je me base sur moi, qui suis un peu « bisounours » par incapacité d’acceptation de ce monde et de sa violence ( et non par naiveté, au contraire, très consciente, trop consciente , les seuls moments ou cette vie ne m’a pas dechiré ont ete ceux ou je me suis retranchée dans une bulle presque hermetique) très inadaptée à ce monde par un besoin d’harmonie constant, de fluidité.
            Mais je crois que la société est devenue si perverse que les gens sont plus ou moins obligés de le devenir aussi pour survivre. Les gens comme moi , qui ne font que subir sans pouvoir reagir car faire du mal est tout simplement insupportable ( je dois surement en faire, mais ce n’est jamais exprès, plutot par colere- quoique là aussi j’ai travaillé sur moi, car je ne supportais plus- ou par maladresse), inacceptable.
            Donc au final, je crois que je suis très mal placée pour donner mon avis sur ce thème, j’ai revé longtemps pouvoir trouver des personnes comme moi ( pas tout a fait bisounours car j’ai une lucidité très « noire », , mais très respectueux de l’autre, dans ce qu’il est, et non pas dans ce qu’il represente, une certaine façon d’etre, un peu anglaise je crois 😉 ). J’ai vraiment cru qu’avec un groupe de surdoués, enfin, ça allait etre possible, mais je crois que c’est encore pire, tout est exacerbé, nos sensibilités se heurtent avec intensité, on pense tellement etre enfin compris que la realité fait très mal.
            Donc pour te repondre plus directement, je pense qu’un surdoué qui a beaucoup souffert peut mettre en place un mode de fonctionnement pervers, pour survivre dans cette société( car il a envie d’en faire partie) mais qu’il ne peut pas etre pervers narcissique pur, car ce dernier ne peut meme pas imaginer, comprendre que l’autre souffre. Alors que le surdoué, oui, il entend la souffrance de l’autre et c’est peut-etre meme pour ça qu’il fait souffrir, parfois, une sorte de vengeance….
            Et depuis que le brouillard devant mes yeux s’est dissipé peu a peu, en quelques années ( parce que j’ai vraiment ete très naive, quand un problème surgissait je pensais toujours que c’etait de ma faute), je trouve incroyable comment la plupart des gens n’ont que la vengeance pour seule reponse, incapable de prendre du recul et de se remettre en cause, de se mettre a la place de l’autre , d’essayer de trouver un chemin d’apaisement….

          • pouic dit :

            Je t’avoue qu’il m’est arrivé de vouloir me venger d’une personne qui me faisait du mal, j’avais bien tout preparé mes mots , mais pour une seule tirade….. Pas consciente que l’autre etait dans ce mode de fontionnement pervers en permanence, et que des tirades, il en avait plein. Donc maintenant je laisse tomber, j’essaye de m’eloigner, ou en tout cas de me proteger en mettant une sorte de barrière devant leurs mots en etant très consciente de ce qu’ils sont, car je suis vraiment pas equipée pour ce genre de relation 😉

          • pouic dit :

            Apres, aussi, le fait que l’on parle beaucoup de la perversité dans les medias a surement contribué a faire de nous des « dedecteurs » de perversité potentielle, que ce soit pour les autres ou pour nous meme. Du coup, avec ce filtre devant les yeux ( pour essayer de se proteger , surement, de s’ameliorer, aussi), on interprete beaucoup.
            Une certaine façon de voir le mal partout, alors que ce n’est , peut-etre, que tout simplement une façon d’etre et de communiquer radicalement differente, qui engendre des incomprehensions, qui mene a la suspicion,et qui finit par donner des echanges qui font mal….
            Bon, il faut avouer qu’il y a des specialistes quand meme, surtout dans certains milieux, là ou la vie est difficile, notamment.
            Bon allez, le mot de la fin, c’est bien compliqué tout ça!!!!! 🙂

          • pouic dit :

            Auusi, n’est-ce pas -peut-etre- la nouvelle « arme » pour eliminer les utopistes, les doux reveurs? Soit pervers ( mechant), ou va mourrir dans ton coin, il nous faut de vrais combattants!!!! La aussi, plus ou moins dans certains milieux….
            Bon, j’arrete, ça va faire pouic-pouic-pouic sur le blog, et ça risque de froisser certaines oreilles sensibles 😉

          • pouic dit :

            En relisant ce que j’ai ecris, je viens de me rendre compte qu’il y a une phrase qu’on va pouvoir prendre pour un sous-entendus , un peu pervers( enfin moi je peux l’interpreter comme ça), alors que quand je l’ai ecris, ce n’etait absolument pas l’intention!!! Voilà donc une illustration du phenomène d’interpretation, surtout pour des personnes qui ont beaucoup de memoire, qui font des liens permanents . Ou alors un demon est en moi, qui me fait ecrire des choses qui peuvent blesser alors que mon intention n’etait pas celle-là ;)….. Pfff, l’humain, quel sujet passionnant!!!!!!!

          • tournevis dit :

            Je suis assez d’accord avec Léchalote.

            Pouic dit « car ce dernier ne peut meme pas imaginer, comprendre que l’autre souffre » mais ça, ce n’est pas le « PN » qui le dit, c’est l’interprétation de celleux qui ne le sont pas, non ? Pendant longtemps, on a aussi cru que les autistes étaient insensibles, alors qu’au contraire ils sont tellement sensibles qu’ils ne supportent rien et se referment donc dans ce que les « normaux » – je préfère dire les « moyens » (nous sommes tous dans la courbe « normale » !) – ont pris pour de l’insensibilité.

  12. pouic dit :

    Dans sa video, A.Adda dit a un moment – quand elle parle des pervers- qu’elle remarque parfois, en consultation, des parents pervers envers leur enfant, que ça la met en colère. Et plus haut ou plus loin, je sais plus, elle dit que tous les surdoués ont des parents itou….
    Donc un surdoué peut etre pervers? L’est-il tout le temps, ou parfois ( parce que la nature humaine est ainsi ou que l’on interprète facilement), et que le fait que l’on parle des pervers en long et en large un peu partout nous fait en voir partout, au moindre comportement pas dans « la norme », la norme du pas-pervers?
    Un peu comme le fait de voir des pathologies psy dans des comportements qui au final, ne sont qu’humains.

    • Luc dit :

      Concernant les PNs ou meme parents hypernarcissiques :

      – J’en connais. le probleme principal est que dans une société narcissique (qui privilegie le paraitre) il sont acceptés, j’oserais pas dire glorifiés. il me semble que le PN dans certaines société serait rejétes car ils ont uniquement de l’empathie pour eux meme mais aucune pour les autres. de ce point de vue son fonctionnement est pas eloigné du psychopathe qui n’a aucune conscience de la douleur de la souffrance de sa victime. le PN est quand meme uen belle saloperie, si vous voulez mon avis. Ce sont des manipulateurs hors pair aussi.
      Cela m’amene a une critique sociale, car une société qui cree des PN et les favorise ne peut etre une société equilibrée.

      – Le parent PN cree peut-être des surdoués car il exige des enfants qu’ils soyent parfaits pour leur donner le minimum de reconnaissance ou d ‘affection qu’ils méritent. L’enfant est nié dans son identité propre et n’est vu que comme un instrument au service du narcissisme du parent. toute difference est aussi rejetée.
      Les enfants sont mis en competition entre eux pour jouir du peu d’affection des parents.
      L’enfant est dans une quete perpetuelle de plaire a ses parents, ce qu’il n’arrive jamais réellement car les parents exigent la perfection , l’impossible presque des enfants. Tout ceci pour une raison d’image des parents, il faut hausser l’image des parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *