Le Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué par Andrew Mahoney – 12 systèmes (3/4)

Troisième billet consacré au  Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué développé par Andrew Mahoney.

Le surdon (concept difficile à appréhender) est pris comme une variable qui intervient dans la construction de l’identité du patient, au même titre que d’autres expériences personnelles. Après avoir étudié les constructions personnelles (Validation, Affirmation, Affiliation et Aspirations Profondes), ce billet présente les systèmes qui croisent ces constructions.
Un prochain billet présentera quelques suggestions faites par Andrew Mahoney aux thérapeutes pour une mise en oeuvre facilitée du modèle.

DOUZE SYSTEMES QUI ONT UN IMPACT SUR LA FORMATION DE L’IDENTITE

Les 12 systèmes qui vont être présentés (ce qui vient de moi, de ma Famille, de ma Famille élargie, de ma Culture, de mon environnement professionnel, de l’environnement en général, du système académique, de la société, le système psychologique, politique, organique / physiologique et développemental) déterminent toutes les variables qui contribuent au développement de l’identité d’un surdoué.

Ils représentent et font l’interface entre les forces internes mais aussi externes qui peuvent avoir un impact sur la formation de l’identité. Chaque système a des propriétés ou des valeurs qui influencent le développement du surdon individuel.

Le Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué nécessite que le thérapeute et son patient explorent chaque système pour comprendre comment il influe ou a un impact sur le développement de l’identité du patient, parce qu’ils sont autant de clés du développement personnel. Tous ces systèmes  se recoupent, ou se recouperont à un moment ou un autre.

L’objectif du modèle est de pousser le thérapeute et son patient à explorer en profondeur ce qui se passe dans chacun des ces systèmes et parmi tous ces systèmes parce qu’ils ont un lien avec le surdon du patient.

–     Système personnel : c’est le système des valeurs et des croyances personnelles y compris la façon dont le patient se perçoit en tant que personne surdouée. Ceci comprend aussi la perception que chacun a de la façon dont il est perçu par les autres.

Par exemple, Charles vient en thérapie avec une très faible estime de lui, souffrant de dépression et s’ennuyant professionnellement. Quand on lui demande comment il perçoit son propre surdon, il se décrit comme ayant des capacités moyennes (alors même qu’il a un PhD avec mention en physique qu’il a obtenu auprès de l’une des plus prestigieuses universités). Il n’a quasiment aucune conscience de son surdon sur le plan intellectuel. Sa vision de lui même n’est pas homogène avec ses expériences passées et en cours. Dans ce cas particulier, le patient a passé l’essentiel de sa carrière isolé dans son travail, piégé par sa seule façon de performer due à son talent (cf Figure 3) 

Après avoir plus avant exploré ses dons, Charles fut en mesure de procéder à des changements appropriés fondés sur une meilleure compréhension de ce qu’il était et surtout de ce que lui apportait son surdon. C’est le rôle du thérapeute de commencer le processus qui va aider cet homme à comprendre son surdon et à créer une vision de lui-même qu’il puisse comprendre et, par la suite, développer.

–     Système Familial : C’est la famille immédiate : époux(se), parents, frères et soeurs, enfants et partenaires, en gardant en tête que la famille immédiate varie suivant les cultures. Le client et son thérapeute doivent, quand ils travaillent sur ce système, explorer comment la famille immédiate  interagit avec le surdon de chacun de ses membres.

Par exemple, les parents de Sheli détectèrent son surdon très tôt et firent tout leur possible pour lui procurer un environnement enrichissant.

–     Système de la Famille d’Origine : c’est la prise en compte des générations passées de la famille étendue. Valeurs, croyances et traditions qui structurent la famille d’origine jouent un rôle considérable dans la façon dont les gens vivent et traitent leur surdon.

Un jeune homme voulait utiliser ses talents d’écriture et de scientifique pour devenir écrivain de science fiction. Il  lui était difficile de savoir si c’était un choix respectable et avait beaucoup de difficulté à se sentir libre d’embrasser cette carrière. Il savait qu’il serait le premier de sa famille à utiliser ses talents d’une façon qui n’était pas traditionnelle. Inconsciemment, il se démarquait d’une longue lignée d’ingénieurs techniques et il avait le sentiment de trahir 3 générations d’hommes surdoués qui avaient suivi une route plus traditionnelle et conservatrice. Encouragé à explorer son arbre généalogique, le patient découvrit un romancier. Soulagé, cette découverte l’aida à se détacher de sa famille d’origine et à poursuivre son rêve.

–     Système culturel : c’est tout ce qui a trait au patrimoine, aux racines, au genre, à la race, à la religion et à l’ethnie. Chaque variable possède en soi son propre système de valeurs et de croyances sur le sujet du surdon. La vision du surdon varie selon les cultures au point de ne pas exister pour certaines.

Dans le cas de Vinny, il avait grandi dans le Bronx et avait des racines ouvrières solides. Il faisait face au défi de quitter une culture qu’il connaissait bien pour embrasser une carrière artistique. Il est arrivé en thérapie en grande détresse après une période de transition qu’il avait traversée pour exprimer son talent et avoir du succès. Tout au long de sa vie jusqu’alors, sa culture et sa formation scolaire lui avaient enseigné qu’être un artiste n’était pas un choix acceptable.

Vinny en était là, paniqué, ne sachant plus qui il était et quelle direction il devait prendre. Il se sentait seul sans aucun soutien familial ni de sa culture de rattachement.

Cela dit, il passa aussi du temps à revisiter toute une vie durant laquelle il s’était senti en décalage avec son environnement, à cause de son surdon et des valeurs qui lui étaient transmises autour de ses propres dons.

–     Système professionnel : c’est tout ce qui a trait aux choix de carrière, à la progression de carrière, aux occupations et aux types de contacts professionnels qu’un individu peut expérimenter.

Steve était un passionné d’ordinateurs, mais sa formation dans le domaine n’avait pas été poussée très loin par manque de moyens financiers et de soutien parental. Professionnellement, il avait besoin de plus de contacts et plus de connaissances dans le domaine informatique. Participant à un groupe de soutien avec d’autres jeunes gens surdoués, il lui fut donné la possibilité d’en rencontrer quelques uns disposés à partager avec lui leur passion pour l’informatique et les ordinateurs.

On a ici un exemple de système professionnel se croisant avec une opportunité d’affiliation (des pairs surdoués dans un groupe)

–     Système environnemental : ce système a un impact sur la formation de l’identité en nourrissant (ou non) les dons d’une personne. Ceci inclut le fait pour un enfant d’avoir sa chambre à lui pendant son enfance, un espace personnel au travail. Ca prend également en, compte la situation géographique (proximités..), et tous matériaux de base disponibles pour exprimer sa créativité,  tout ce qui fait l’environnement de quelqu’un.  Est-ce que l’environnement de l’individu encourage ses capacités ?

Par exemple, Randy était un prodigieux artiste durant son enfance et il eut ainsi la possibilité de fréquenter la casse locale. Ceci lui permis d’avoir accès à une quantité illimitée de matériaux de base  disponibles pour ses créations artistiques. Grâce à un environnement familial qui le soutenait, il pouvait rapporter ses trouvailles dans le garage familial (qui lui servait aussi d’atelier) et y créer tranquillement.

Dans cet exemple, l’environnement de Randy lui a permis de disposer de matériaux de base pour créer et développer ses talents. Dans le même temps, ses parents encourageaient ses expériences en milieux non conventionnels (telle que la casse locale).

–     Système éducatif : Soit, tous les moyens formels ou informels qui concourent à la formation du surdoué : école, groupes de discussion, clubs, études individuelles et observation. En travaillant sur ce système, le thérapeute a besoin d’explorer les environnements éducatifs traditionnels et non traditionnels. Ce point est critique car c’est souvent d’un point de vue académique que l’on définit le surdon. La société a donné beaucoup de valeur au surdon dans une perspective de réussite académique, et les critères pour lesquels a été mis en place le système de formation académique traditionnel.

Nelson, par exemple, parce qu’il était très hautement surdoué, a été incapable de trouver aucune stimulation en environnement scolaire traditionnel.  Il était en première et ses résultats avaient beaucoup décliné. Son thérapeute et ses parents mirent en place un plan d’accélération dans certaines matières, dans une université locale. Le plan comprenait un mentor qui enseignait à Nelson des techniques avancées d’animation par ordinateur. Dès lors, les résultats de Nelson à l’école s’améliorèrent.

–     Système social : c’est celui qui inclut toutes les relations avec les pairs, la famille et de façon générale, toutes les connections avec les autres. Les groupes de parole offrent une forme de socialisation. David n’avait jamais eu l’opportunité de parler avec un autre surdoué de la façon dont les autres élèves se moquaient de lui quand il parlait. En échangeant, il apprit quelques trucs pour mieux gérer la situation à l’école. Le groupe était un lieu où il pouvait trouver sécurité et soutien pour survivre dans ce monde.

–     Système psychologique : c’est le système de la psyché, celui où les dynamiques et expériences interviennent et construisent l’estime de soi, la perception de soi,  et ont un impact sur la façon dont l’individu  prend sa place dans la vie. Le système psychologique reflète également la complexité des défenses et la profondeur de l’ego de chacun ainsi que son caractère.

La psychologie est une partie du système psychologique. Comment, par exemple, voit-elle le surdon et comment traite elle avec lui ? Est-ce que le surdon est considéré comme pathologique, ignoré ou au contraire : compris dans sa différence ? Bien trop souvent, un enfant surdoué devient un marqueur pour un comportement inacceptable et pourtant, c’est  ce comportement qui sera peut être à l’origine d’une contribution exceptionnelle future au monde.

–     Système politique : c’est celui qui inclut et dicte souvent les attitudes au regard du surdon. Les surdoués peuvent devenir les victimes d’un programme politique. La clé est d’aider le thérapeute et son patient à identifier en quoi le climat politique a pu avoir un impact sur le surdon du patient. Par exemple, les subventions scolaires ou l’allocation de ressources et les opportunités de travail sont souvent affectées par la politique en cours.

L’exemple le plus courant est de regarder les fonds attribués au sport par comparaison aux fonds attribués aux programmes consacrés aux enfants surdoués.

–     Système Organique et Physiologique : ce système explore tous les domaines où il y a une relation comportementale ou organique avec le surdon Benbow (1986) a démontré que certains traits physiologiques apparaissent plus fréquemment chez les étudiants à fort potentiel. Elle a identifié beaucoup de gauchers ou d’ambidextres, des myopes, et des maladies atopiques symptomatiques (asthme ou autres allergies), parmi les étudiants extrêmement doués sur le plans mathématique et verbal. De telles études posent la question d’une raison physiologique au surdon. Une meilleure connaissance sur les racines physiologiques du surdon pourrait aider à résoudre beaucoup de questions et de préoccupations que pourraient avoir les surdoués au sujet d’eux-mêmes.

–     Système développemental : ce système prend en compte les  changements qui jalonnent la vie : l’adolescence, l’arrivée d’un enfant, l’inviduation et la séparation de la famille. Le système développemental peut être utilisé pour démontrer comment le développement d’un surdoué peut être  asynchrone avec les vues traditionnelles du développement (Silverman, 1998).

Les parents de Juan ne pouvaient pas comprendre qu’il puisse être si mûr, si adulte et tout à coup montrer un comportement digne de l’enfant de 5 ans qu’il était.

Les 12 systèmes décrits ici ont été sélectionnés parce qu’ils sont à l’intersection de toutes les forces qui ont un impact sur le développement de l’identité personnelle.

L’auteur a parfaitement conscience que beaucoup de ces systèmes se recoupent et s’interfacent.

L’objectif de lister tous ces systèmes est d’encourager l’exploration des forces complexes et des différentes variables qui contribuent à la formation de l’identité.

CONSIDERATIONS POUR LE FUTUR

Une interaction délicate se joue dans la construction de l’identité d’un surdoué. La façon dont un individu intègre et développe son surdon a des répercussions tout au long de sa vie.  Notre responsabilité de professionnels est d’aider les individus surdoués à apprendre les variations de leurs capacités et comment cette variation peut être intégrée à « qui suis-je ? » en tant qu’être complet, ce qui inclut le surdon ?

Sans le contexte approprié pour comprendre la formation de l’identité des surdoués, leurs besoins peuvent ne peut être satisfaits. Une richesse existe dans cette force (ou cette danse) exceptionnelle qui repose en l’individu surdoué. Elle peut bénéficier du mode exploratoire que fournit ce modèle.

Ce modèle différencié d’accompagnement est proposé comme point de départ, un socle de discussion, parce que la thématique des surdoués suppose de nouvelles façons d’élargir la façon d’aborder le développement des surdoués. Le modèle est bien sûr ouvert à toute amélioration.

L’objectif, ici, est de montrer l’extraction qualitative et la synthèse d’un travail clinique, utilisant la construction du surdon dans le développement du Moi, et de pouvoir partager ceci avec d’autres.

References

  • Alvarado, N. (1989). Adjustment of Gifted Adults. Advanced Development, (vol. 1), 77-86.
  • Benbow, C. P. (1986). Physiological Correlates of Extreme Intellectual Precosity. Neuropsychologia, (vol. 24), 719-725.
  • Colangelo Ogburn, K. M. (1989). Giftedness as Multilevel Potential. Advanced Development, (vol.1), 87-100.
  • Erikson, E. H. (1968). Identity Youth and Crisis. New York: W. W. Norton & Company, Inc.
  • Feldman, D. (1996). A Developmental Theory of Giftedness: Worthy of a name. Invited Keynote, Rosen Symposium.
  • Feldman, S. S. & Elliot, G. R. At the Threshold. Self and Identity Development,
  • Harter, S. (chapter 14). Lovecky, D. V. (1986). Can You Hear the Flowers Singing? Journal of Counseling and Development, (vol. 4), 572-575.
  • Passow, A. & Frasier, M. M. (1996). Toward Improving Identification of Talent Potential Among Minority and Disadvantaged Students. Roeper Review, (vol.18), n3, 198-202.
  • Rocamora, M. (1992). Counseling Issues With Recognized and Unrecognized Creatively Gifted Adults. Advanced Development, (vol. 4), 75-89.
  • Silverman, L. K. (1998). Developmental Stages of Giftedness: Infancy through adulthood. In J. VanTassel-Baska (Ed.), Excellence in educating gifted & talented learners 3rd Edition (pp.145-166). Denver: Love.
  • Tolan, S. (1989). Discovering the Gifted Ex-Child. Advanced Development, (vol.1). Treffinger, D. J., & Feldhusen, J. F. (1996). Talent Recognition and Development: Successor to Gifted Education. Journal for the Education of the Gifted, (vol. 19), n2, 181-193.

This article first appeared in the Roeper Review, Vol. 20, No. 3, Pages 222-226. Used with permission.

3 thoughts on “Le Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué par Andrew Mahoney – 12 systèmes (3/4)

  1. « Un jeune homme voulait utiliser ses talents d’écriture et de scientifique pour devenir écrivain de science fiction. Il lui était difficile de savoir si c’était un choix respectable et avait beaucoup de difficulté à se sentir libre d’embrasser cette carrière. Il savait qu’il serait le premier de sa famille à utiliser ses talents d’une façon qui n’était pas traditionnelle. Inconsciemment, il se démarquait d’une longue lignée d’ingénieurs techniques et il avait le sentiment de trahir 3 générations d’hommes surdoués qui avaient suivi une route plus traditionnelle et conservatrice. Encouragé à explorer son arbre généalogique, le patient découvrit un romancier. Soulagé, cette découverte l’aida à se détacher de sa famille d’origine et à poursuivre son rêve. »

    je suis très touchée par cette phrase ; j’ai toujours aimé dessiner, mais de tous petits trucs, et sans avoir jamais développé cette compétence ; finalement, j’ai découvert que j’avais peut-être des ancêtres peintres qqpart, du coup je me suis rendue compte qu’il y avait bcp de personnes de ma famille qui avaient « un bon coup de crayon » et depuis trois ou quatre ans, je suis les cours de dessin de mon village, en faisant de grands trucs très colorés, tout le contraire de ce que je faisais avant, et en ne suivant pas les conseils du prof (je n’y arrive jamais, quand je fais comme il dit !) mais en essayant de me laisser aller ; plus je laisse courir ma main sur le papier, meilleur c’est ; même si je suis loin d’être une grande artiste

    bon, voilà, je voulais juste dire qu’en effet, qqfois, on a besoin de se trouver des ancêtres ceci ou cela pour s’autoriser à faire ce pour quoi on est doué
    pourquoi, sinon, ce sentiment de trahison ?

    1. « Tremblez, mais osez ! » titre d’un livre très constructif.
      Merci de votre témoignage qui démontre comment on peut « oser à petits pas »… surtout en affrontant ses propres peurs et ses propres interdictions…
      Merci Alouette !

      1. ben justement, c’est ce que je trouve frustrant, c’est que je n’ai pas surmonté mes propres interdictions, il a fallu que je m’y sente « autorisée » par mes hypothétiques ancêtres peintres, pour y arriver, comme le jh de l’article avec l’écriture

        pour l’écriture, je ne connais aucun écrivain dans ma famille, mais ça ne m’a jamais empêché d’écrire 😉
        (quand j’étais gamine, mes grands-parents me surnommaient « Mme de Sévigné » ; j’adore écrire mais je suis incapable de fiction et j’admire sans réserve celles et ceux qui « s’autorisent » à inventer personnages et histoires)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *