Le Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué par Andrew Mahoney (1/4)

Voici l’un des textes que j’ai trouvé parmi les plus importants au cours de mes recherches sur l’accompagnement : dans deux précédents billets, Andrew Mahoney, expliquait l’importance qu’il y a pour un surdoué à accepter son surdon.

Ici, il propose une trame d’accompagnement fondée sur la personnalité de la personne surdouée. Le surdon n’est pas au coeur de tout. Il est pris comme un élément parmi d’autres. Une façon de dédramatiser, tout en montrant l’interaction permanente du surdon avec tous les événements de la vie.

Ce premier billet présente donc le « Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué » proposé par Andrew Mahoney (et sous-titré « A la recherche de l’identité surdouée : du concept abstrait aux applications pratiques pour le travail d’accompagnement« ).

Un deuxième et un troisième billet entreront dans le détail de ce modèle qui, je l’espère pourra donner quelques pistes utiles d’accompagnement aux thérapeutes.

Un quatrième billet est formé de quelques suggestions pour l’accompagnement.

Comme d’habitude, vous pouvez avoir accès au texte original intégral en cliquant sur le titre : The Gifted Identity Formation Model – In search of the gifted identity, from abstract concept  to workable counseling constructs

________________________________

Se savoir surdoué et posséder une bonne connaissance de sa propre identité en tant que surdoué est crucial pour le développement personnel. Beaucoup de surdoués sont aux prises avec leur surdon, ce que signifie être surdoué et comment développer ce potentiel, tant il est vrai qu’il y a si peu de modèles disponibles pour aider à développer l’identité  d’un surdoué.

De plus, l’identité elle –même est souvent perçue comme un concept abstrait, ce qui rend encore moins aisée la tâche qui consiste à lier ce concept avec les applications pratiques.

Le Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué présenté ici est un modèle d’accompagnement qui permet de créer une passerelle entre théorie et pratique, et qui inclut ce qui a façonné l’identité actuelle de la personne comme autant de variables cruciales dans le processus d’accompagnement. Ce Modèle utilise en effet l’identité du patient comme  base de référence à l’intervention.

Le modèle propose de recourir à une évaluation et  aide à mettre en place un accompagnement adapté qui permet d’explorer et de renforcer l’identité et la formation de l’identité du surdoué. Ce renforcement à son tour enrichit l’estime de soi et favorise le développement personnel.

Il y a plusieurs défis conceptuels à comprendre les thématiques liées à la formation de l’identité d’un surdoué.

-   Le premier est de comprendre ce qui entre dans la formation de l’identité d’une personne surdouée.

-   Le second défi (et peut-être celui qui demande le plus d’efforts) réside dans la capacité à trouver des moyens pragmatiques d’encourager une identité équilibrée et en ligne avec le surdoué en cours d’accompagnement.

Ce besoin d’un accompagnement différencié et spécialisé pour les surdoués est largement décrit dans la littérature (Moon, Kelly & Feldhusen, 1997; Treffinger & Feldhusen, 1996; Feldman, 1996; Rocamara, 1992; Alverado, 1989; Coangelo, 1989). En 1996, David Feldman en appelait à une expansion des théories du développement humain, de façon à inclure les caractéristiques uniques et les besoins de développement des surdoués. Néanmoins le problème est qu’il y a peu de modèles spécifiques et différenciés que les conseillers, éducateurs ou tout autre professionnel, puissent utiliser pour accompagner les surdoués et les aider à renforcer le développement d’une identité qui intègre le surdon. La tâche qui consiste à intégrer un concept aussi intriqué et complexe que le surdon ou le développement de l’identité d’un surdoué, de façon à en tirer des applications pratiques d’accompagnement est en fait un défi aux facettes multiples.

Le Modèle de Formation de l’Identité d’un Surdoué est donc un modèle différencié d’accompagnement qui s’efforce de faire une passerelle entre les apports théoriques de la formation de l’identité d’un surdoué et la pratique de l’accompagnement des surdoués.

Pour le besoin de ce modèle, le surdon est défini comme une capacité exceptionnelle dans un grand nombre de domaines, tels que l’intellect, les arts, et la créativité.

Le surdon est également pris en compte comme une simple facette, ou des facettes de la personnalité. Ceci éclaire la complexité, le process et les subtilités de la formation de l’identité des surdoués et permet d’avoir une vue générale d’un modèle différencié qui inclut la formation de l’identité dans le processus d’accompagnement des surdoués.

Comment se forme l’identité

Définir l’identité peut-être aussi complexe qu’en construire une, au point que même Eric Erikson (1968) hésitait à en offrir une explication définitive. C’est une chose que cette définition inclue l’unité et l’intégration de toutes les facettes du Moi, y compris le conscient et l’inconscient. C’en est une autre de définir l’identité en répondant à la question « qui suis-je ? »

Si l’identité inclut la complexité de tous les aspects du “qui suis je ?”, alors la formation de l’identité est le processus d’intégration et de façonnage de tous les éléments distincts qui font du Moi un être unique. Erikson (1968) parlait de la formation de l’identité comme d’ « un processus localisé au coeur de chaque individu et pourtant aussi comme étant au coeur de sa culture collective” (p. 22). Il se réfère à la relation intégrative et complexe qui existe entre le Moi intérieur (tous les aspects intérieurs et les interactions internes du Moi) et le monde extérieur (le Moi tel qu’il se positionne envers – et fait avec le monde extérieur). Il décrit « quelques pré-requis » à prendre en compte quand on est confronté au processus complexe de la formation de l’identité. Ce sont ces pré-requis qui forment le socle de travail du Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué

-     La formation de l’identité recourt à un processus simultané d’observation et de réflexion

-     La formation de l’identité se situe à tous les niveaux du fonctionnement mental

-     Un individu se juge à la lumière de la façon dont il perçoit que les autres le jugent, en comparaison à ce qu’il est, et selon une typologie qui est pertinente pour les autres.

Pour Erikson, la formation de l’identité est largement inconsciente, indiquant par là combien il croyait à la réalité de l’influence du monde intérieur de chacun sur son identité propre. Il croyait que le processus était « pour la majeure partie inconscient excepté quand des conditions internes et des circonstances extérieures se combinaient pour aggraver une conscience de soi douloureuse ou au contraire exalter cette même conscience de soi ».(p 23). Erikson se référait à ce qui arrive quand un individu  n’est pas en phase avec son moi réel. Par exemple, bien que Mary ait su depuis l’enfance qu’elle était surdouée, elle ne se voyait pas comme telle et en a ressenti une grande détresse quand il lui a fallu faire des choix de carrière à l’âge adulte. Elle se plaignait constamment que le travail qu’elle avait choisi n’était pas en phase avec ce qu’elle était, mais ne savait pas comment se réorienter.

Il est aussi important de garder à l’esprit qu’Erikson n’a jamais considéré l’identité comme statique ou intangible, mais qu’il croyait au contraire que la formation de l’identité était un processus qui évoluait tout au long de la vie.

De ce fait, le Modèle de Formation de l’Identité d’un Surdoué opère selon le principe que le développement et l’intégration du surdon dans la personnalité de quelqu’un doivent être pris en compte comme une variable parmi d’autres dans le développement normal et sain d’une personne tout au long de sa vie.

Le Modèle de Formation de l’Identité Surdouée  (MFIS)

Le MFIS est un guide pour comprendre la complexité et les subtilités de la personnalité de la population surdouée. Il offre un cadre d’accompagnement qui aide les individus surdoués à être conscients et à comprendre les effets que leur surdon a sur le développement de leur vie, et l’importance que le surdon a sur la formation de leur identité, leur permettant ainsi de mieux comprendre qui ils sont en tant que surdoués.

Le thérapeute utilise le modèle pour mesurer la complexité qui enveloppe le surdon d’un individu et comment le surdon est partie intégrante du développement, normal comme anormal, de cet individu.

Le modèle sert de guide pour établir des interventions, des pratiques ou des stratégies destinées à faciliter et/ou intervenir dans le processus d’accompagnement. Ce modèle n’est pas destiné à être utilisé comme échelle d’évaluation de la santé mentale ou pour comparer le développement des individus.

Il a plutôt trois objectifs d’accompagnement :
- servir comme outil d’estimation
- servir de fil directeur aux interventions du thérapeute
- servir de guide dans le processus d’accompagnement.

Le modèle fournit aussi un contexte qui permet de comprendre le surdon en tant que partie intégrante du continuum du comportement humain. Il permet de replacer le surdon dans un contexte positif de développement, plutôt que de le considérer comme anormal ou pathologique.

Avec ce cadre, le thérapeute est également placé devant le défi d’explorer les diverses natures du Moi surdoué et son importance dans le champ plus large de la nature humaine.

References

  • Alvarado, N. (1989). Adjustment of Gifted Adults. Advanced Development, (vol. 1), 77-86.
  • Benbow, C. P. (1986). Physiological Correlates of Extreme Intellectual Precosity. Neuropsychologia, (vol. 24), 719-725.
  • Colangelo Ogburn, K. M. (1989). Giftedness as Multilevel Potential. Advanced Development, (vol.1), 87-100.
  • Erikson, E. H. (1968). Identity Youth and Crisis. New York: W. W. Norton & Company, Inc.
  • Feldman, D. (1996). A Developmental Theory of Giftedness: Worthy of a name. Invited Keynote, Rosen Symposium.
  • Feldman, S. S. & Elliot, G. R. At the Threshold. Self and Identity Development,
  • Harter, S. (chapter 14). Lovecky, D. V. (1986). Can You Hear the Flowers Singing? Journal of Counseling and Development, (vol. 4), 572-575.
  • Passow, A. & Frasier, M. M. (1996). Toward Improving Identification of Talent Potential Among Minority and Disadvantaged Students. Roeper Review, (vol.18), n3, 198-202.
  • Rocamora, M. (1992). Counseling Issues With Recognized and Unrecognized Creatively Gifted Adults. Advanced Development, (vol. 4), 75-89.
  • Silverman, L. K. (1998). Developmental Stages of Giftedness: Infancy through adulthood. In J. VanTassel-Baska (Ed.), Excellence in educating gifted & talented learners 3rd Edition (pp.145-166). Denver: Love.
  • Tolan, S. (1989). Discovering the Gifted Ex-Child. Advanced Development, (vol.1). Treffinger, D. J., & Feldhusen, J. F. (1996). Talent Recognition and Development: Successor to Gifted Education. Journal for the Education of the Gifted, (vol. 19), n2, 181-193.

This article first appeared in the Roeper Review, Vol. 20, No. 3, Pages 222-226.

Articles connexes

pf button Le Modèle de Formation de lIdentité du Surdoué par Andrew Mahoney (1/4)
This entry was posted in Comment aider Accompagnement, Mieux comprendre, Psychologie, Sources and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>