S’accepter par la prise de conscience – Andrew Mahoney (1/2)

Parmi les sources importantes pour mon travail, deux textes rédigés par le psychologue américain Andrew Mahoney et qui feront l’objet de 4 billets :

– le premier texte s’intitule « Coping Through Awareness« , qui explique l’importance de la prise de conscience pour mieux gérer son surdon. Andrew Mahoney explique en substance que rien ne sert de nier son état de surdoué. Bien au contraire : apprendre à s’accepter en devenant pleinement conscient de ce que l’on est surdoué, et pour certains, même, hautement surdoués, facilite l’équilibre et surtout le développement personnel.

– le second présente un « Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué« , une proposition de méthodologie pour augmenter l’efficacité d’un accompagnement thérapeutique, en mettant en perspective l’importance que le surdon peut avoir eu sur tel ou tel événement de la vie.

Voici, ici, la première partie du texte « Coping Through Awareness« , qui traite de l’importance de la prise de conscience de ce que signifie être surdoué.

—————————————————

S’en sortir avec son surdon, quand on parle d’individus hautement surdoués, demande de se connaître et de devenir plus conscient de ce que signifie vraiment être hautement surdoué.

S’en sortir est également un processus qui devrait permettre à chacun de mieux gérer son surdon tout au long de sa vie. Pourtant, traiter avec celui-ci pose un certain nombre de défis et n’est pas exempt de tensions ou de conflits émotionnels.

Gérer son surdon ne doit pas pour autant signifier nier sa vraie nature pour celui qui s’engage dans ce processus. Au contraire il doit fournir des moyens d’explorer  et de développer l’expérience d’être hautement surdoué.

Il y a peu de repères pertinents pour donner un sens à la nature extrême et à l’expérience exceptionnelle qu’est la vie pour cette population particulière.

La vie peut ressembler à une tâche ardue, voire impossible pour les adultes hautement surdoués. Nous savons d’ores et déjà que satisfaire les besoins de formation de ces hautement surdoués est une tâche difficile. De ce fait, si nous pensons à leurs besoins émotionnels, c’est une tâche d’une ampleur exponentiellement plus importante.

Le “Modèle de Prise de Conscience” décrit ici est un outil de changement qui peut aider les surdoués à donner un sens à leur expérience et leur fournir un processus pour s’en sortir et se développer.

Ce Modèle de Prise de Conscience décrit comment une transformation vers l’acceptation de soi du surdoué peut se faire naturellement ou en recourant à un accompagnement.

Ce modèle a été développé par feu le Dr Vince Sweeney, pionnier dans la thérapie familiale et dans la psychologie transpersonnelle. Bien que le Dr. Sweeney n’ait pas particulièrement travaillé sur le surdon, il était conscient des besoins émotionnels uniques des individus hautement surdoués et combien leur surdon était une variable à prendre en compte dans le processus de changement et de développement. Il a donc développé ce modèle pour fournir un cadre qui permette de comprendre l’expérience humaine d’une façon telle qu’elle ne minimise, ni ne nie la profondeur de cette expérience, mais plutôt fournisse une direction qui permette de commencer à s’adapter naturellement à la nature existentielle de la vie.

Ce modèle est un processus exprimé en quatre étapes liées : une étape mène à l’autre directement.

C’est ce modèle que j’ai ici adapté à l’expérience d’être hautement surdoué et au processus d’adaptation à cette expérience dans toutes ses dimensions.

La prise de conscience

Faire avec son surdon commence avec la prise de conscience d’être hautement surdoué. Ici, la prise de conscience signifie plus que le simple fait de se savoir surdoué. La conscience d’être hautement surdoué implique d’expérimenter dans toute sa richesse « qui je suis en tant que personne surdouée et comment mon monde est non seulement différemment mais expressément moi ». Les surdoués expérimentent une vraie prise de conscience quand ils savent laisser tomber leurs défenses et ressentir leurs émotions pour ce qui concerne l’intensité d’être hautement surdoué. La conscience d’être surdoué ne signifie en effet pas simplement se savoir estampillé(e) surdoué. Elle signifie aller puiser profond dans les ressentis, les intensités, les comportements et les sensibilités de leur expérience, ayant à gérer non seulement toutes ces expériences mais aussi leur singularité.

Beaucoup cherchent à sauter l’étape de la prise de conscience. Ils ne veulent pas à avoir à contempler ce qui se cache derrière les apparences, sont dans le déni de ce qu’ils sont vraiment. C’est particulièrement vrai quand être « qui je suis » entraîne une extrême différence par rapport aux autres et une rencontre difficile avec soi. La prise de conscience apporte pourtant profondeur de ressentis et connexion à sa personnalité intime.

Sans cette prise de conscience, une personne surdouée ne peut pas pleinement s’accommoder de son surdon, parce qu’elle se nie de l’intérieur.

La prise de conscience viendra du partage de l’expérience d’être hautement surdoué, non seulement avec soi, mais aussi avec les autres, et particulièrement avec ceux qui sont aussi hautement surdoués.

La prise de conscience viendra en laissant libre cours à ses ressentis. Elle viendra grâce à une recherche appropriée des contours de son propre surdon, grâce à de la rigueur et de la discipline, permettant ainsi à l’être de s’engager dans un processus de développement.Il faut biencomprendre que la prise de conscience ne viendra pas du déni de la souffrance, du retrait du challenge, ou de l’étouffement de l’être sous le travail et les addictions de toutes sortes.

L’entourage peut aider la personne hautement surdouée en étant ouvert aux nuances que permet le fait d’être hautement surdoué, en s’informant et en informant les autres sur ce qu’est le surdon, mais en tous cas, pas en tentant de protéger le surdoué de sa nature profonde. « Quand je suis conscient, je suis libre de tout déni ». Les expériences, les ressentis, les comportements et les sensibilités associées au fait d’être hautement surdoué sont alors présents et on ne leur oppose aucune résistance. Cette ouverture peut être difficile émotionnellement, mais elle libère les individus pour se reconnaître comme étant réellement ce qu’ils sont, des gens surdoués. C’est cette expérience qui conduit à la compréhension et à la connaissance de la singularité d’être hautement surdoué. Quand les gens protègent de leur surdon ceux qui sont hautement surdoués en les empêchant d’expérimenter vraiment ce qu’ils sont, en les encourageant à la rationalisation ou à la conformité, ou tout simplement en ignorant la douleur que peut susciter le surdon, le surdoué s’éloigne de la conscience réelle de qui il est vraiment et, partant, de la capacité à s’en accommoder.

Nous pensons souvent que la différence et la douleur associée à ce sentiment de différence devraient être supprimées. Malheureusement, empêcher cette expérience privera le surdoué de toute la richesse que la prise de conscience pourra apporter.

S’en sortir grâce à la prise de conscience demande de l’honnêteté, du ressenti, une capacité à expérimenter et à embrasser la nature de ce que signifie être hautement surdoué.

___________________

La prise de conscience est une première étape dans l’apprivoisement de son surdon. C’est même la plus importante.

La prise de conscience signifie que l’on a affronté et dépassé ses peurs intimes en acceptant de se regarder dans le miroir. Cette étape est, à mon sens, à lier au niveau 2 de la Théorie de la Désintégration Positive de Dabrowski, qui fait état de conflits internes.

Mais après la prise de conscience surgissent trois autres étapes : d’abord la confirmation de ce que l’on est ; puis l’appréciation de ce que signifie être surdoué. Et enfin, l’acceptation de ce que l’on est, un moment de vie sereine.

Avant de passer à un nouveau cycle prise de conscience / confrmation / appréciation / acceptation / sur le chemin du développement personnel.

Ces trois étapes qui suivent la prise de conscience, décrites par Andrew Mahoney, feront l’objet du prochain billet…

12 thoughts on “S’accepter par la prise de conscience – Andrew Mahoney (1/2)

  1. Je relisais la préface d’humain trop humain de Niezstche et je redécouvrai émerveillée cet écrit dans lequel Nietzsche lui-même se confond. Il est esprit libre et s’adresse à ceux qui s’y reconnaîtront. Se recpnnaîtront à partir de cette étrange capacité à sortir du cadre pour entrevoir avec une incroyable lucidité le monde dans lequel ils vivent. Ceux-là même qui ont un mode de fonctionnement hors norme. Je me disais que sans doute c’est cette prise de conscience qui ouvre les portes à une réelle capacité de se déterminer soi-même, à enfin trouver la voie de son propre épanouissement.
    Je partage un passage qui peut-être trouvera écho chez certains d’entre vous :
    « Au fond de ses agitations et débordements – car il est, chemin faisant, inquiet et sans but comme dans un désert- se dresse le point d’interrogation d’une curiosité de plus en plus périlleuse »

  2. Bonjour.
    Merci pour ce merveilleux site.
    J’ai beau pour ma part avoir cette prise de conscience, je ne parviens pas à trouver des solutions de vie adéquates car trop enfermée dans un style de vie somme toute bien trop «banal» qui me ronge de l’intérieur. Je ne sais pas comment faire pour ne plus avoir cette impression de gâcher ma vie. Mon parcours est très compliqué. Cela fait plus d’un an que je sais ce que je suis mais je patauge.
    Comment trouver de vraies solutions à cette vie qui me semble si fade… Je vois et j’ai vu de nombreux spécialistes.. Je me sens prisonnière de ce système et j’en souffre énormément. Je dépense tellement d’énergie pour vivre dans cette société que je n’en n’ai plus pour le reste et alors le serpent se mord la queue.
    Je dois absolument sortir de tout cela pour ma fille. Je n’ai même pas réussi à trouver d’autres personnes avec lesquelles échanger dans mon département malgré mes recherches… je me dis que je ne suis vraiment pas douée pour tout!
    Est-il possible de recevoir un petit coup de pouce?
    Mille mercis.
    Mary-Lyne

    1. Bonjour Magali

      Vous pouvez utiliser le moteur de recherche du blog et taper Mahoney qui est le mot clé essentiel.
      Mais voici les liens que vous recherchez je suppose
      S’accepter par la prise de conscience – Andrew Mahoney (2/2)
      Le Modèle de Formation de l’Identité du Surdoué par Andrew Mahoney (1/4)
      La suite de ce texte est accessible :
      – soit en cliquant sur le titre du prochain article, tout en haut du texte
      – soit en cliquant sur le titre de l’article proposé en lien associé à la fin du billet
      – .. soit en tapant Mahoney dans le moteur de recherche du blog.

      Bonne lecture !

  3. Merci Cécile pour cette piste de réflexion. Après le test, le résultat m’a permis de poser mes valises « c’était donc ça ! ». Mais le soulagement a été de courte durée : qu’est-ce que je fais de ce don ? Comment arriver à vivre en harmonie avec cette particularité et surtout avec les autres ? Car ne vivre que pour soi n’est pas vraiment vivre… et que faire de toutes ces émotions qui me submergent et m’entravent si souvent. Je ressens à présent le besoin de défaire la pelote de laine de mon Etre pour mieux la refaire par la suite, mais par quel bout commencer ? réétudier mon histoire de vie avec un autre regard et comprendre les poins de blocage ? Etudier comment s’exprime ma singularité aujourd’hui ? Identifier mes besoins profonds ? Je crois que j’aurais besoin de quelques questions utiles à me poser pour démarrer… Si quelqu’un est passé par ce chemin, vos conseils et suggestions sont les bienvenus !

    1. Peut-être commencer par chercher à réduire un point douloureux? Et ce faisant, identifier ce qui relève de l’inné et de l’acquis, et en quoi le surdon s’en est mêlé ?
      Apprendre à respirer aussi, pour mieux irriguer son cerveau (très utile pour rester à peu près stable au milieu des émotions qui nous traversent aussi intensément).
      Et puis, parce que c’est à considérer comme une sauvegarde : une « mise à la terre » régulière (détente, loisir créatif…) pour se décharger d’une énergie qui, sinon, peut devenir non seulement envahissante mais pire encore négative.
      Et je crois sincèrement que de cette « mise à la terre » peuvent émerger des sources de partage.

    2. Bonsoir Embellie, quel beau nom. C’est certainement ce que vous devez ressentir de temps en temps grace à votre surdon, comme une sorte d’euphorie soudaine, ou bien de manière plus diffuse. Votre témoignage est comme un miroir pour moi. Vous décrivez très bien les émotions qui peuvent se succéder les mois qui suivent la découverte d’une partie de soi qu’on ne soupconnait pas. Des angoisses, des questionnements, mais aussi une évolutivité dans votre manière de fonctionner qui va se manifester petit à petit. En effet, comme moi, laissez faire les choses, laissez ce surdon prendre sa place, interférer, vous aider dans vos choix, vous apporter certains ressentis (très souvent positifs d’ailleurs). Pour moi des évènements anodins du passé (qui m’ont fait un peu souffrir) ont resurgi, mais bizarement de les revivre ne m’a pas fait souffrir une 2e fois du tout, à la minute ou ils sont revenus, j’ai pu leur coller l’étiquette qu’il me manquait, et j’en suis ressortie guérie, maintenant c’est classé oublié. Ce surdon, c’est formidable finalement, ca résout des problèmes, ca vous procure une belle énergie bien souvent, meme si parfois ca peut vous rendre un peu déprimée : et alors , est ce une tare ? mince…. on a quand meme le droit de ne pas etre toujours au top. Il faut savoir l’accepter aussi et s’arranger pour faire en sorte de ne pas plonger trop bas. Marcher, prendre l’air, faire du sport, écouter de la musique, lire…… Et puis ces émotions c »est vous, vous ne pouvez pas vous en départir, cela fait partie de votre personnalité et elles vous aident dans vos choix, en plus de votre intelligence purement objective qui vous aide aussi. Vous y pensez sans arret ? et alors, tant mieux , une bonne nuit de sommeil et c’est reparti. Tant qu’il y a a coté de ca une bonne hygiène de vie, quelques occupations plus lègères, et tant que vous prenez soin de vous , tout ira bien. Il faut juste se poser un petit peu parfois (se relaxer, mais je suis plus réservée là dessus, car pour moi ce n’est pas ce que je préfère).

      Vous avez devant vous un énorme paquet cadeau ! Et si vous l’ouvriez petit à petit pour en découvrir les innombrables surprises qu’il y a dedans ? Mon surdon je l’ai matérialisé comme ca, et ca m’a aidé. Accueillez toutes les idées qui vous viennent, meme celles qui vous paraissent saugrenues, y en a forcément une ou 2 qui vont faire mouche….! Chez les surdoués, ca arrive assez souvent , exaltant non ?

      Enfin, ce qui m’a aidé c’est quoi en faire : pour moi faire une chose positive par jour meme minime pour avoir le sentiment d’aider les autres, c’est très gratifiant, meme si vous n’etes pas directement payée de retour.

      C’est à dire faire des petites actions à court terme, ca aide , et puis penser à moyen terme au niveau vie professionnelle ce que pouvez vous changer, sans forcément tout boulverser, mais évoluer c’est indispensable.

      Ces conseils ne sont pas d’un psy, mais d’une surdouée qui a déjà fait un bon bout de chemin et qui se sent plus équilibrée et plus vraie qu’elle ne l’a jamais été.

      Je vous embrasse et … bon Noel.

      1. Merci Cricri de votre témoignage, votre parcours me donne des tas d’idées. le nom Embellie est celui que j’ai donné à mon activité de retouches vestimentaires que j’exerce en plus de mes 2 activités professionnelles (embellir mes clientes, embellir des vêtements qui ont déjà eu une vie… me passionne !). Pour rebondir sur votre témoignage, j’ai été interpellée par l’illustration de la pensée en arborescence que Cécile a réalisé sur ce Blog, j’ai toujours eu du mal à me repérer sur les sites Internet et par cette représentation graphique, j’ai pu prendre connaissance de tous les billets en un rien de temps ! J’ai donc décidé de relire ma vie à l’aide d’une carte réalisée avec FreeMind et je suis stupéfaite du résultat, je peux enfin explorer plein d’aspects de ma vie en même temps, tout en structurant ma production… je me demande comment j’ai pu passer à côté de ce mode pensée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.