Surdon et Hormones

Un article du Science Daily du 12 mars 2011 n’a pas laissé de me surprendre.

Il est intitulé « Le surdon pourrait il être lié à l’exposition à de fortes doses d’hormones avant la naissance ? » (« Could Giftedness Be Linked to Prenatal Exposure of Higher Levels of Hormones?« )

L’article évoque les conclusions d’un chercheur de l’Université d’Alberta, Marty Mrazik, qui explique qu’être brillant relève d’un excès hormonal in utero.

« Il semble y avoir un fait acquis qui est qu’une exposition prénatale excessive à la testostérone favorise des connections neuronales accrues dans le cerveau, tout particulièrement dans le cortex préfrontal droit. C’est ce qui explique que nous voyions des personnes intellectuellement surdouées avec une personnalité qui présente des particularités distinctives que l’on ne retrouve pas dans la population en général »

L’article indique que le chercheur est arrivé à ces conclusions en étudiant des sujets surdoués. Et que cette découverte a alimenté le questionnement sur le rôle des premiers développements dans l’existence du surdon.

Pourquoi cet article n’a pas laissé de me surprendre ?

Tout simplement, parce ce qu’il présente comme une avancée médicale a déjà été identifié en 1982 et largement débattu ensuite…

En 1982, Geschwind & Behan font l’hypothèse qu’un excès de testostérone, passé la 20° semaine de grossesse, favorise l’hypertrophie du cerveau droit, est susceptible de provoquer quelques désordres dans le cerveau gauche, mais aussi des dérèglements du thymus.

Cette découverte a été largement débattue et controversée, en particulier dans le texte suivant, qui date de 1994 : Evaluating the empirical support for the Geschwind-Behan-Galaburda model of cerebral lateralization

Pour autant, peu à peu, ces conclusions se sont imposées, en particulier dans cette communication qui date de 2002 : Exploring Giftedness.
Page 4 de ce document (qui en compte 23)  le titre est on ne peut plus explicite : Gifted Brain and Testosterone (Le cerveau surdoué et la testostérone)…

12 thoughts on “Surdon et Hormones

  1. Ingrid, bonjour.
    Dépistée HP il y a 2 ans je viens de recevoir mon diagnostic de fibromyalgie et je pense comme vous qu’il y a un lien….Enfin , je m’interroge… je cherche…

    Les  » symptômes » sont vraiment très ressemblants…et le descriptif psychologique des personnes fibro est un copier coller des HP !
    Je suis preneuse aussi si vous avez des pistes.
    En même temps , cette constatation n’apporte rien de concret, c’est plus une réflexion  » pour la beauté du geste » mais ça ne change rien ni sur les thérapies ni sur la  » maladie « .
    Bonne journée

    1. Bonsoir Roubault 🙂

      Oui hein, il y a de quoi se poser des questions quand on voit à quel point symptômes et personnalités des fibro et des HP se ressemblent !

      Pour moi, le lien entre les deux c’est le stress, les effets du stress sur des personnes hypersensibles qui le ressentent très fort et très régulièrement depuis leur petite enfance : l’organisme épuise notre énergie et s’épuise à essayer de lutter contre lui, contre les effets qu’il a sur lui (d’autant plus si il devient chronique, comme c’est mon cas), jusqu’à la maladie.

      Je parle de stress au sens large, de tout ce qui peut stresser / agresser notre organisme ou notre mental, tout ce qui est désagréable à l’un ou à l’autre : stress au sens habituel du terme, mais aussi des choses comme une température trop basse ou trop élevée, des bruits trop forts, des chaussures trop petites, des émissions de télé / info stressantes, etc. (qu’on ait conscience de ce stress ou pas), ainsi que tout ce qui est infections (bactéries, virus, champignons, parasites…), adjuvant de vaccin, additifs, malbouffe, drogues (dont les médicaments !), alcool, cigarette, pesticides, pollution, métaux lourds, etc. Tout ce qui entre en nous qui n’a rien à y faire, tout ce qui peut provoquer du « stress oxydant ». La liste est longue !

      Notre organisme – aussi hypersensible que nous le sommes – est agressé en permanence (ou quasiment) par ces stress, avec pour conséquences :

      – des modifications biologiques censées nous permettre de réagir à l’agression qui a provoquée le stress, mais qui deviennent nocives quand elles perdurent, et monopolisent beaucoup d’énergie (voir 1er lien).

      – un « système de détox » qui ne peut pas éliminer tous les « déchets » aussi vite qu’il en arrive, et se retrouve débordé, ce qui participe à la surconsommation d’énergie et à l’épuisement de l’organisme.

      – une pollution du corps par tous les déchets « en attente de traitement », qui provoquent une sorte d’empoisonnement, créent un « climat » délétère (propice à la candidose, entre autres), produisent des radicaux libres (beaucoup trop par rapport à la quantité d’anti-oxydants à disposition pour lutter contre) source d’oxydation, causent divers dysfonctionnements (certains métaux lourds, par exemple, prennent la place de métaux ou oligo-éléments nécessaires, ce qui nuit à la fabrication de certains enzymes et empêche certaines fonctions de se faire, ou de bien se faire).

      – Beaucoup d’énergie est monopolisée pour ça (réagir au stress, lutter contre ses conséquences, et éliminer les déchets), au détriment d’autres fonctions, dont en particulier la digestion (qui nécessite beaucoup d’énergie).

      – La digestion devenue mauvaise provoque une mauvaise assimilation des vitamines, minéraux, oligo-éléments etc. contenus dans les aliments, qui sont une source d’énergie pour l’organisme et sont nécessaires à énormément de fonctions… dont la détoxication et la digestion… Ça devient un cercle vicieux, de moins en moins d’énergie, de plus en plus de mal à digérer et à détoxifier, de plus en plus de poubelles qui s’accumulent dans un organisme toujours plus débordé… et c’est le burn-out…

      Je pense que l’oxydation de l’organisme provoquée par l’excès de radicaux libres (produits aussi bien par toutes ces agressions que par les « poubelles »), oxydation qui est un vieillissement, est la raison pour laquelle tant de fibromyalgiques ont, tout comme moi, la sensation d’avoir 80, 90, 100 ans…

      Pour finir, quelques liens un peu au hasard, cueillis à l’instant pour toi sur Google 🙂

      https://www.ponroy.com/conseils-sante/detente-sommeil/surmenage-stress/les-consequences-du-stress-sur-l-organisme

      http://www.masantenaturelle.com/chroniques/chroniques2/stress-effets.php

      http://sante.lefigaro.fr/mieux-etre/stress/stress-cellulaire-anti-oxydants/quest-ce-que-stress-oxydatif

      http://www.thierrysouccar.com/sante/info/les-radicaux-libres-quest-ce-que-cest-546

      Et un article justement découvert hier soir (mais qui date de 2007) dans lequel un rhumato expose sa théorie sur la fibromyalgie, qui serait pour lui un syndrome d’épuisement et de vulnérabilité au stress. Il dit pas mal de choses qui collent avec ce que je ressens :

      http://www.labrha.com/fibromyalgie-et-stress.aspx

    2. Fais attention aux médicaments qui ne font que camoufler des symptômes, anti-douleurs & cie, ne fais pas l’erreur de croire qu’ils vont t’aider. Ils soulagent peut-être sur le moment, au début (et encore, pas forcément), mais ils contribuent largement à l’évolution de la maladie sur le moyen et le long terme.

      Je te conseille de t’intéresser au forum Mélodie : http://www.forum-melodie.fr/

      1. Bonjour Ingrid,
        Merci pour vos commentaires , j’arrive après qlq semaines de réflexion et de recherche à la même conclusion.
        Pas de crainte avec les médicaments allopathiques, je suis suivie par un micro nutritionniste qui m’a fait un bilan complet et prescrit des compléments alimentaires.Je fais aussi de la kiné mais pas de « médicaments ».
        Merci beaucoup pour la qualité de votre réponse , elle me conforte dans mon analyse.
        Bonne soirée

        1. Merci pour ce retour, Roubault 🙂

          La médecine orthomoléculaire est ce qui me semble le plus indiqué pour la fibromyalgie, mais le bilan micro-nutritionnel est malheureusement très couteux… et pas plus pris en charge par la sécu que les consultations de micro-nutritionnistes ou les compléments alimentaires…

          Il serait intéressant de vérifier que tu n’as pas une intoxication chronique aux métaux lourds (c’est mon cas, et celui de beaucoup de fibro je pense). Ceux-ci, prenant la place de certains minéraux, oligoéléments et métaux essentiels, rendent la prise de compléments alimentaires inopérationnelle, empêchent l’organisme d’utiliser cet apport qui est rejeté « tel quel » dans les urines.

          La liste des médecins en mesure de faire une provocation (= mesure des métaux lourds dans les urines après injection d’un produit qui permet de les déloger de là où l’organisme les a stockés et de les entrainer dans les urines) et si besoin un traitement pour éliminer ces ML peut-être obtenue auprès du laboratoire Micro-trace, un des rares à faire cette analyse (non remboursée elle aussi).

          Bonne route vers la guérison, et bonne soirée 🙂

  2. Il me semblait pourtant que le caractère héréditaire de la douance était avéré ?!
    Ce serait en fait l’excès de testostérone pendant la grossesse qui serait héréditaire, alors ?

      1. Merci, Cécile, pour cette « non-réponse » si rapide 🙂

        Je cherche un lien entre surdon et fibromyalgie, sans rien trouver de percutant, aurais-tu déjà vu quelque chose qui traite du sujet ? Je suis pourtant persuadée que ce lien existe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *