(Français) Etre un adulte surdoué : bien vivre avec soi-même et avec les autres / Nouvelle édition

Sorry, this entry is only available in French.

9 thoughts on “(Français) Etre un adulte surdoué : bien vivre avec soi-même et avec les autres / Nouvelle édition

  1. Bonjour Madame,

    Pour commencer, un grand merci (c’est banal ici, mais sincère et mérité) pour vos recherches, vos ouvrages, votre site, tout le temps que vous passez à aider les autres personnes sur ce terrain encore incertain et méconnu, mais dont l’exploration est déjà plus sûre grâce à vous.

    Ensuite, un regret : Je reconnais que le nouveau titre est plus “glamour” et “marketing” qu’auparavant, et surtout tourné dans une formulation positive et porteuse d’espoir. Mais j’ai une crainte que, de ce fait, il ait un peu perdu de vue sa cible.
    Lorsque ma sœur m’a fait parvenir votre livre en me suggérant d’en prendre connaissance, je suis sûr que je n’aurais pas pris le temps de l’ouvrir s’il avait eu votre nouveau titre. Je n’aurais pas associé ma situation à cet énoncé (que je juge) ronflant : “surdoué” !? (si j’ai bien compris, ça ferait même partie des symptômes 😉 ).
    Avec l’ancien cependant, j’ai eu l’œil et l’esprit attirés immédiatement. C’est le sentiment persistent d’une différence difficile à cerner, c’est la brûlure croissante d’une souffrance de plus en plus envahissante, qui m’ont motivé. Je ne le regrette absolument pas, oh non, vous devriez voir à quoi il ressemble maintenant, avec entre 1 et 10 post-it™ par page …
    C’est pourquoi j’ai l’outrecuidance de suggérer à votre éditeur de modifier les prochaines réimpressions en ajoutant un intertitre : “Comprendre sa différence et sa souffrance”, qui permette aux philo-cognitifs (le terme qui a ma préférence) qui ne se reconnaitront pas a priori dans le titre principal de se sentir concerné malgré tout, et d’avoir une chance de se découvrir un parmi tant d’autres, zèbre dans un troupeau plutôt que martien esseulé, et de commencer à progresser vers le “bien-vivre” du sous-titre.

    Enfin, une requête : Serait-il possible de rentrer en communication épistolaire via mon adresse courriel que vous allez récupérer ? J’aimerais interagir avec vous sur certaines parties du livre (édition augmentée mars 2013) voire creuser avec vous certains aspects qui me tiennent à cœur dans mon processus de reconstruction.

    Dans l’attente de votre prise de contact, je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année 🙂

  2. Coucou Cécile,

    Je te lis de loin en loin, au grès de mes humeurs, de mes pérégrinations, toujours avec plaisir.
    Un peu comme si je retournais dans un cocon, le temps de construire la mue suivante.

  3. Merci Cécile,
    J’ai essayé de diffuser au maximum votre 1er ouvrage (la 1ere édition) ainsi que le site.
    J’ai pu le faire auprès de patients comme moi hospitalisés dans une clinique plutôt bienveillante.
    Il y avait beaucoup de HP non identifiés….
    Malheureusement je n’ai pas osé auprès des professionnels…
    La psychiatrie étiquette encore très facilement même en 2020..

    1. Merci de votre action Zebracaro.. mais veillez sur vous, soyez prudente, car en milieu “fermé”, ce genre d’action n’est pas forcément bien perçu par des psychiatres encore très étrangers à cette notion de douance qui pourtant, existe bel et bien.

    1. Bravo Madis plutôt 🙂
      Mais merci du merci car je n’étais pas trop sûr de l’intérêt du partage..

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.