(Français) La pathologisation du surdon est-elle propre à la France ?

Sorry, this entry is only available in French.

13 thoughts on “(Français) La pathologisation du surdon est-elle propre à la France ?

  1. Bonjour,
    Êtes-vous vraiment certains qu’il n’y a pas de pathologies associées au surdon. ?
    Je lutte contre l’anorexie depuis l’age de 14 ans.
    On me dit que les 2 sont en relation
    J’ai vraiment besoin de connaître la réponse, de comprendre le rapport
    C’est vital pour moi de comprendre, je pense que cela m’aiderait à guérir, en tous cas à étudier le processus
    Les personnes anorexiques sont doublement pénalisées par ces histoires de surdon.
    Des fois je voudrais me faire un trou dans la tête pour que ça parte 😉

    1. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de pathologies associées au surdon.
      Mais ce n’est pas systématique.
      Les événements de vie sont des déclencheurs qui bouleversent un équilibre parfois précaire.
      L’anorexie est à ranger dans les Troubles des Comportements Alimentaires, une catégorie d’addictions.
      J’ai identifié que la sérotonine a un rôle à jouer dans les addictions (mais je ne suis pas spécialiste du tout en endocrinologie). J’ai juste une compilation d’études qui montre qu’un déficit en sérotonine est source de comportements que l’on retrouve chez les surdoués – dont troubles des comportements alimentaires.
      Il me semble donc qu’il est important d’explorer d’abord le fondement émotionnel de l’anorexie.
      Il existe des psychologues spécialisés en TCA. L’idéal, serait bien sûr de pouvoir être suivi par quelqu’un qui sait ce que c’est que le surdon (dans l’équipe du Pfr Lançon, à Marseille, c’est le cas)

  2. en France il y a quand meme une tradition egalitariste republicaine qui joue et vous avez quand meme des gars comme Wilfried lignier qui associent le surdon a la lutte des classes : la petite noblesse de l’intelligence
    Il me semble que Cecile n’a jamais evoqué ce personnage

    par ailleurs la pathologisation du surdon est partout. tout ce qui sort de la norme est raillé. les caractéristiques asociés au surdon (et liées intrinsèquement) sont vues comme des pathologies alors qu’elles en consitituent l’essence . ex = capacité de concentration superieure et d’introspection = autisme ou asperger

  3. Jusqu’à ce que je lise l’éditorial De l’ANAE, je ne comprenais pas votre ire , à vous deux, Chan et Cécile !!
    Globalement j’aime Beaucoup l’ANAE dont j’ai Acquis plusieurs publications dont une sur les analyses par EYE TRACK sur le retentissement des troubles d’analyse Des traits du visage chez les autistes et un autre sur le TDAH.
    Le problème n’est pas l’ANAE mais l’investiture de Ramus dans le domaine du HPI , domaine qui n’est pas le cadre de référence de l’ANAE spécialisé dans les troubles des apprentissages !
    Ce que veut démontrer ce monsieur est que les études SCIENTIFIQUES ont démontré que
    -les HPI vont très bien
    – il n’y as pas de corrélation entre HPI et autres comorbidités dont les DYS

    je mets au défi de ne pas trouver un enfant dys dans la descendance d’un HPI
    je pense que l’on devrait faire un petit sondage parmi les lecteurs du blog
    Sur un fichier Excel
    Sur l’hétérogénéité des QI
    Et les diagnostics de dys parentaux et infantiles posés. Je suis sûr qu’une grosse corrélation, non scientifique bien sûr sortirait sachant qu’un dys est entre 5 et 10% de la population standard.
    Sous couvert de scientisme, ce mec écrit et extrapole de façon totalement subjective, dogmatique et sans aucune ouverture d’esprit !
    Je parle non du rédacteur de l’éditorial,mais de son pygmalion, le célèbre professeur follamour Ramus qui cherche à imposer une vision antédiluvienne de la notion du petit génie blond qui aura 18,3/20 pendant toute sa scolarité, aura 3,8 enfants car il est versaillais , sera heureux car tout lui tombera tout cuit dans le bec à une température de 37,5•C, avec naturellement un QIT à 142 et une distorsion si faible des différents indices que ce n’est même pas la peine d’en parler !
    Mais malheur à lui s’il ne respecte pas à la lettre une seule de ces statistiques, il cessera immédiatement d’exister ( du moins aux yeux de mr R, que j’appellerai pour ma part un pauvre R)…..
    À force de déni
    Ce professeur va je l’espère perdre toute crédibilité

    1. Merci de ce commentaire Bonjour

      En me relisant, je me suis rendu compte que je n’avais pas signalé que l’éditorial d’ANAE reprenait effectivement les attaques portées par F. Ramus dans le billet cité.

      Pour ce qui est des dys, il me semble que le Pfr Habib fait une corrélation entre surdon et dys ?

      1. Oui Cécile
        C’est un pionnier en France d’une approche multimodale comme Revol.
        http://www.planete-douance.com/blog/2014/06/05/dr-michel-habib-dys-douance-recherches-scientifiques/

        http://www.resodys.org/IMG/pdf/cours_pr_e9cocit_e9du-mh.pdf

        http://troublesneurovisuels.unblog.fr/2015/03/03/dr-michel-habib-dys-et-douance-recherches-scientifiques/

        Il montre une sur -représentation des HPI à QI hétérogène chez les DYS ….
        Il y parle aussi de cette émotionnalité « hors norme »des HPI…
        Enfin , je ressens une bienveillance de ce type de personnes à l’égard de nos personnes sans mépris ni à priori !
        Et c’est beaucoup à mes yeux !
        Bonne soirée les amis

  4. Oui merci,

    mais comme je le répète souvent, pathologiser la douance ne nous aide pas.

    Certes il y a des difficultés, propres à chaque individu, mais une pathologisation globale est à mon sens néfaste. Ca ne sert pas les individus, car mis dans une case. Et quelle case, quand ca ne vire tout simplement à la case : folie ou détraqué ou je ne sais quoi.

    Dans mon établissement scolaire du primaire et collège, on m’avait suronnée “la folle de (suivi du nom de l’établissement)”, je ne l’ai su qu’en fin de 3e avant de le quitter (heureusement).

    Ce fut assez violent, mais j’ai occulté je l’avoue cette histoire.

    Et cet établissement était à l’ancienne et donc très surveillé. Je n’ose meme pas imaginer aujourd’hui ce que des élèves comme moi je fus peuvent endurer dans les cours de récré d’aujourd’hui, où il y a moins de surveillance et bien plus de laisser-aller qu’à l’époque.

    Christèle

    1. Entièrement d’accord sur le fait qu’il ne faut pas pathologiser la douance.
      Mais dans ce cas présent, c’est surtout un hiatus que je souhaite pointer : contrairement à ce qu’indique l’article, la France n’est pas seule à pathologiser la douance.
      Une pathologisation qui trouve ses racines dans l’ignorance et le déni.
      Par ailleurs, je note que la pathologisation est dénoncée mais pas le retard du système d’éducation national qui n’a pas développé de programmes spécifiques d’accueil de surdoués de type classes dédiées surdoués comme ceci a pu être mis en place à l’étranger..
      … et si la pathologisation était le moyen de protéger les enfants contre la maltraitance institutionnelle scolaire ? Au demeurant, la maltraitance institutionnelle est dénoncée dans l’enseignement supérieur par le Livre Blanc du Handicap au sujet des étudiants en situation de handicap (en cliquant sur les petites vignettes insérées dans l’article, vous arrivez sur le livre blanc mis en ligne).

    2. d’accord avec vous, de meme si vous mettez des surdoués entre eux, il se ressemblent fort !
      Il y a une tendance dans notre société a pathologiser tout ce qui est different et a psychologiser tout. On psychologise des problèmes sociaux, de conflits (le conflit est inherent a la vie et pas une pathologoe) meme de cultures, de peuples (vieux comme l’histoire)
      Je ne comprends pas comment des psys peuvent participer a cette mascarade , je crois que c’est pour des raisons commerciales, ca les fait vivre
      Deja rien qu’en lisant le vecu personnel de HQI, je me retrouve fortement. evidemment les surdoués fonctionnent differamment et pour de bonnes raisons. c’est comme les chevaux de course, il courent plus vite mais leur constitution est differente.

  5. @ Cécile,
    AhAh! 2 billets en 2 jours, avec nombreuses références universitaires à l’appui, oui c’est un travail remarquable, rigoureux et très généreux Cécile, aussi un très grand merci à vous!
    Pour ce qu’il en est de l’édito de l’ANAE, il n’est la preuve que de ce à quoi il réfère si crânement et si stupidement: ”le village gaulois”; il est aussi une insulte à son propre public (qu’il semble prendre pour des imbéciles) mais aussi à toutEs celles\ceux qui essayent d’ouvrir et d’élargir le champs des recherches sur le surdon et les surdouéEs en France. Plus gravement, il ignore une immense partie de la littérature anglophone qui œuvre dans cette discipline depuis plus de cent ans, littérature qui se garde bien de tracer une ligne rouge dans le sable, du genre pathologisation du surdon vs non pathologisation. Apparemment l’ANAE ne se réfère qu’à des articles illustrant son point de vue et ignore allégrement les autres. Cette association ne fait que se discréditer elle-même.
    Merci encore Cécile pour votre excellente mise au point.
    Chan

    1. et bien je dois dire qu’écrire m’a fait très plaisir. Enfin, je renouais avec ce à quoi j’avais décidé de m’atteler en créant ce blog : transmettre de l’information !
      J’ai une cinquantaine de billets en attente – je ne désespère pas d’arriver à les publier. Mais c’est un vrai boulot.
      Merci Chan !

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.